La Russie a récemment dépêché des avions de chasse en Libye pour soutenir des mercenaires au sol combattant aux côtés du maréchal Khalifa Haftar dans le conflit qui déchire le pays, a accusé mardi l'armée américaine.

"La Russie essaie clairement de faire pencher la balance en sa faveur en Libye", a déclaré dans un communiqué le général commandant les forces américaines en Afrique, Stephen Townsend, depuis son quartier général basé à Stuttgart en Allemagne.

"Comme elle l'a fait en Syrie, elle étend son empreinte militaire en Afrique en utilisant des groupes de mercenaires soutenus par l'Etat comme le groupe Wagner", a-t-il ajouté, en violation de l'embargo de l'ONU sur les armes dans le pays et des promesses régulières de non intervention dans le conflit intérieur.

Les avions de chasse russes de quatrième génération "sont arrivés en Libye depuis une base aérienne russe après avoir transité en Syrie, où nous pensons qu'ils ont été repeints pour dissimuler leur origine russe", a indiqué le commandement africain de l'armée américaine.

"Nous avons observé toutes les étapes du déploiement des avions de chasse russes en Libye", a-t-il ajouté, soulignant qu'ils étaient probablement destinés à "apporter un appui aérien rapproché et des tirs offensifs au groupe Wagner".

L'homme fort de l'est libyen mène depuis plus d'un an une offensive visant à s'emparer de Tripoli à l'ouest, siège du Gouvernement d'union nationale (GNA), soutenu par l'ONU.

Mais les combats se sont rapidement enlisés au sud de la capitale, tandis que le camp Haftar a subi plusieurs revers ces dernières semaines.

La Russie a toujours démenti tout rôle sur place.

En début de mois, toutefois, un rapport d'experts de l'ONU a confirmé une telle présence en Libye de mercenaires du groupe Wagner, réputé proche du président russe Vladimir Poutine. Plusieurs centaines sont actuellement mobilisés sur place, selon le GNA.

L'armée américaine a estimé qu'une "une nouvelle campagne aérienne" se préparait dans le pays avec "des pilotes mercenaires russes volant à bord d'appareils fournis par la Russie pour bombarder les Libyens" et prendre le contrôle de bases aériennes sur la côte.

Les deux pouvoirs rivaux actuels sont soutenus par diverses puissances étrangères.

Les Emirats arabes unis et la Russie appuient le camp Haftar, tandis que la Turquie intervient militairement auprès du GNA. Fortes de ce soutien turc croissant, les forces pro-GNA ont enchaîné ces dernières semaines les succès militaires, grâce notamment à leur supériorité aérienne.