La Tanzanie a annoncé vendredi qu'elle avait reçu à son tour une première livraison de Covid-Organic, un breuvage présenté par le président malgache comme un traitement efficace contre le coronavirus, mais que l'OMS déconseille dans l'attente d'une étude scientifique fiable.

"La Tanzanie a reçu aujourd'hui le soutien de Madagascar pour les médicaments contre le coronavirus", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Hassan Abas, dans un message sur Twitter.

Ces derniers jours, Madagascar a livré dans plusieurs pays du continent ce breuvage à base d'artemisia, une plante à l'effet thérapeutique reconnu contre le paludisme, en affirmant qu'elle prévenait, voire soignait le Covid-19.

Mais l'Organisation mondiale de la santé a mis en garde jeudi contre "l'adoption d'un produit qui n'a pas été soumis à des tests pour en vérifier l'efficacité", et le Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies a également déclaré qu'il devrait être "testé rigoureusement".

La responsable de l'OMS pour l'Afrique, la Dr Matshidiso Moeti, a exhorté le gouvernement malgache à "faire tester (son) produit lors d'essais cliniques" afin de "vérifier son efficacité (...) et sa sécurité sur les populations".

Le président tanzanien John Magufuli a été critiqué pour avoir minimisé à plusieurs reprises la gravité du coronavirus, et son pays n'a pas pris de mesures importantes pour freiner sa propagation.

Le président a même accusé le 22 avril dernier le ministère de la Santé d'alimenter la panique en publiant de nouveaux chiffres, et, depuis, le pays n'a actualisé ses statistiques qu'une seule fois, le 29 avril, date à laquelle il a enregistré 480 cas.

Le ministre de la Santé, Ummy Mwalimu, a déclaré vendredi que le gouvernement recommencerait à donner des mises à jour régulières sur le Covid-19 après des améliorations de l'infrastructure des laboratoires du pays. "Le coronavirus est là et cela va continuer pendant quelques mois. Nous avons des malades et d'autres sont en train de mourir", a-t-il ajouté. "Nous devons apprendre à vivre avec en prenant des mesures de précaution."