Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a rencontré vendredi l'opposant congolais et ancien vice-président Jean-Pierre Bemba à deux jours de son retour en République démocratique du Congo (RDC), a-t-il indiqué sur Twitter, confirmant son intérêt pour l'évolution de la situation politique dans ce pays. "J'ai rencontré @bembajp dont le retour en #RDC après plusieurs autres grandes figures de l'opposition marque une étape importante dans le débat démocratique au Congo. A l'instar des échanges avec les nouvelles autorités, ces contacts permettent de réaffirmer ce qui unit nos 2 pays", a précisé le chef de la diplomatie belge.

M. Bemba, un ex-chef rebelle lors de la dernière civile en RDC (1998-2003) devenu vice-président durant la transition démocratique (2003-2006), avait été poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) pour l'action de sa milice, le Mouvement de Libération du Congo (MLC) en Centrafrique en 2002-2003. Il avait ensuite été blanchi et libéré en appel. Il avait tenté de se présenter à l'élection présidentielle du 30 décembre dernier, mais sa candidature avait été invalidée.

L'opposant vit en exil à Rhode-Saint-Genèse depuis 1997 mais a passé dix ans dans la prison de la CPI à Scheveningue (Pays-Bas).

Il s'agit de son deuxième retour en RDC - il y avait déjà effectué un premier retour triomphal à Kinshasa en août dernier après plus de onze ans d'absence, dont dix en prison au Pays-Bas.

M. Bemba a délocalisé son meeting de retour initialement prévu dimanche au siège provincial du MLC, en face du stade des Martyrs où doit aussi se tenir "la prière pour la nation" en présence du président Antoine Félix Tshisekedi Tshilombo.

Afin d'écarter tout risque des violences et en l'absence de compromis entre le MLC et l'Hôtel de Ville, selon son parti.