Une cellule terroriste affiliée à l’organisation “État islamique” a été démantelée par le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) du Maroc.

Selon le communiqué du BCIJ, le chef de cette cellule, qui était fiché dans le royaume à cause d’antécédents judiciaires, planifiait de mener des attentats-suicides visant plusieurs sites.

Les suspects avaient repéré leurs cibles grâce à des missions de reconnaissance très techniques, dont les documents ont été retrouvés dans les domiciles perquisitionnés.

Les perquisitions ont été menées dans différents logements et commerces de quatre villes et ont permis de découvrir 3 ceintures explosives, 15 bouteilles de gaz, 2 détonateurs électriques, 2 paires de jumelles, des armes blanches, des bombes lacrymogènes, du matériel électronique, 3 gilets explosifs et 3 kg de nitrate d’ammonium, précise le BCIJ.

© BCIJ

Les suspects ne se sont pas laissés faire durant les arrestations et ont même opposé une “résistance farouche” selon les détails communiqués par les autorités. “L'un d'eux a grièvement blessé un des membres du BCIJ au niveau de l’avant-bras à l’aide d’un outil tranchant, avant d’être interpellé après des tirs de balles de sommation et des bombes sonores.”

Un deuxième suspect, arrêté dans la ville de Témara (région de Rabat), “a tenté de se faire exploser à l’aide d’une bonbonne à gaz, affichant à son tour une résistance farouche”, a poursuivi la source. “Nous avons été obligés de tirer quatre balles, des bombes sonores et des bombes fumigènes afin de brouiller la vision du suspect, permettant ainsi de neutraliser le danger et de mettre en échec ses menaces terroristes.”

Le BCIJ s’est ainsi félicité dans un communiqué d’avoir compromis “les plans imminents, extrêmement complexes, et aux nombreuses ramifications” de cette cellule terroriste.

Ces arrestations interviennent dans ce que les autorités décrivent comme “un contexte marqué par la hausse des menaces terroristes visant le Royaume, notamment avec la recrudescence des activités terroristes dans la région sahelo-saharienne et dans des zones en Afrique du Nord.”