Move with Africa : des lendemains qui chantent

Move with Africa 2013-2014 s’est clôturée dans un enthousiasme partagé par les 200 participants. La Libre vous donne rendez-vous en août pour la troisième édition.

V.Vvy

La deuxième édition s’est clôturée dans un enthousiasme partagé par les 200 participants.

Il est difficile de mesurer l’impact qu’un séjour en Afrique peut avoir sur des jeunes belges. Il est difficile de savoir ce que la rencontre de l’autre, de sa culture, de son parcours de vie, de son quotidien, a éveillé en eux. Ce mercredi soir, pourtant, le partage de ces expériences vécues par près de 150 jeunes et leurs professeurs dans le cadre de “ Move with Africa ” a permis de s’en faire une idée plus précise, de sentir le chamboulement que ces séjours au Sénégal, au Burkina Faso, au Bénin, au Rwanda et au Burundi ont provoqué.

La soirée était placée sous le signe du partage d’expériences. “ Il était utile de se rendre compte de l’ampleur du projet. Écouter les récits de chacun a permis de voir par-delà la lorgnette de notre seule expérience ”, expliquait Anne Dubocquet, “ la vision de chacun a tant changé en quelques mois ”, constatait cette assistante sociale ayant accompagné un groupe de jeunes sourds muets. Malgré les nombreuses similitudes “ les manières de vivre le séjour sont multiples ”, ajoutait Romain Duvivier, professeur à l’Athénée Royal de Vielsalm-Manhay.

Et maintenant ?

La Libre et les ONG partenaires nourrissent l’espoir que Move with Africa ne s’arrête pas à la seule prise de conscience, mais que le projet soit un tremplin vers l’action responsable et solidaire. “ Cette expérience ne peut pas rester sans lendemains. Des lendemains qui peuvent chanter, pour tout le monde ”, appelait de ses vœux Delphine de Bleeker. “ Vos choix de consommateurs, de citoyens, peuvent changer le monde .” Move with Africa est en ce sens un “ commencement ”, dit encore la représentante de la Croix-Rouge de Belgique. “ J’espère que de nombreux jeunes auront la chance de vivre, comme nous, cette expérience extraordinaire ”, ponctuait Antoine, rhétoricien à Arlon, faisant ainsi écho à ce qu’avaient exprimé avant lui tant d’autres participants. Ils ne croyaient d’ailleurs pas si bien dire : Move with Africa connaîtra une troisième édition. Dès septembre prochain, 200 autres jeunes de leur âge prendront part à l’opération. À bon entendeur.