A la rencontre de La Libre

Une vingtaine d'élèves du Collège Saint Quirin de Huy était à La Libre, jeudi soir. Ils y rencontraient les dirigeants du journal, avant de se rendre à l'imprimerie.

VVVy
A la rencontre de La Libre
©Jean-Christophe Guillaume

Une vingtaine d'élèves du Collège Saint Quirin de Huy était à La Libre, jeudi soir. Ils y rencontraient les dirigeants du journal, avant de se rendre à l'imprimerie.

Le silence est religieux dans les rangs des jeunes hutois au moment d'entrer dans le bâtiment qui héberge les rédactions du groupe de presse IPM. Il l'est tout autant lorsque la vingtaine de rhétoriciens foule ces marches qui, il y a quelques années, ont remplacé la bande de lancement sur laquelle circulaient les voitures de cet ancien garage automobile.


Assis autour d'une table de réunion rallongée pour l'occasion, les langues se délient. C'est que l'intérêt qu'ils montrent pour le monde de la presse semble inépuisable. Des pressions économiques et politiques exercées sur un quotidien aux évolutions liées à l'internet en passant par la gestion des rumeur et des sources, les jeunes brassent avec Francis Van de Woestyne, le rédacteur en chef de La Libre Belgique, et Denis Pierrard, Directeur général, un large panel de sujets.


En connaissant davantage sur les rouages du métier, ils font alors leurs premiers pas dans les rédactions papier et web - presque désertes à cette heure avancée de la soirée -, découvrant ainsi l'organisation en "open space" pour laquelle a opté La Libre.



Alors que l'on peut encore entendre les cliquetis des doigts pressant les touches des claviers des relecteurs de l'édition du jour, les élèves prennent la direction de l'imprimerie, située à Anderlecht. A leur arrivée, ils découvrent déjà des rotatives en plein travail. Les journaux se balade à grande vitesse au-dessus des têtes, dans un dédale de circuits avant d'atterrir dans le camion, prêts à être distribués aux quatre coins du pays au plus tard le matin venu.

Tout le long de l'activité, les élèves ont pu constater le long processus qu'est celui de la production d'un journal. Au départ, il y avait des idées. Germant dans les têtes des journalistes, elles finiront par être couchées sur papier et distribuées, le lendemain, aux lecteurs. Accédant aux premiers tirages, minuit à peine sonné, les jeunes de Saint Quirin faisaient partie des privilégiés !