L'"évêque" d'une église congolaise du réveil, Pascal Mukuna, auteur d'une plainte contre l'ex-président Joseph Kabila Kabange pour mégestion, a été arrêté sous l'accusation de viol et transféré jeudi matin à la prison centrale de Makala à Kinshasa, rapportent des médias locaux.

Le pasteur Mukuna dirige à la fois l'Eglise Assemblée chrétienne de Kinshasa (ACK) et préside l'Eveil patriotique, une plateforme citoyenne qui affirme vouloir poursuivre en justice les principaux auteurs de la mégestion des finances publiques en République démocratique du Congo (RDC). Il a déposé le 7 mai dernier une plainte devant la Cour constitutionnelle contre M. Kabila, pour 18 ans de mégestion du pays et pour dix cas d'assassinat et de massacre commis sous son régime (2001-2019).

Mais ce leader religieux est lui-même visé par une plainte pour "viol, rétention illicite et menaces de mort" déposée par la veuve de l'un de ses anciens collaborateurs, Mamie Tshibola Mufuta, une ancienne fidèle de son église. Elle lui reproche de conserver illicitement des documents liées à des biens immobiliers de son défunt mari.

Une "sextape" montrant l'"évêque" en plein ébat sexuel circule depuis deux semaines sur les réseaux sociaux.

Il a été placé mercredi sous mandat d'arrêt provisoire par le parquet général près la cour d'appel de la Gombe et transféré jeudi à la prison centrale de Makala - de son vrai nom Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa (CPRK) -, selon plusieurs journaux et sites d'informations, ainsi que la radio onusienne Okapi.

M. Kabila a dirigé la RDC depuis l'assassinat de son père, Laurent-Désiré Kabila, alias "Mzee" (le "vieux sage" en swahili), le 16 janvier 2001, dans des circonstances encore mal établies, et l'investiture de l'actuel chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, le 24 janvier 2019. M. Tshisekedi avait été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle contestée du 30 décembre 2018.