L'ex-président de l'Assemblée nationale Vital Kamerhe, allié et directeur de cabinet du président de la République démocratique du Congo, a été condamné samedi à une peine principale de "20 ans de travaux forcés" au terme d'un procès anti-corruption sans précédent. 

M. Kamerhe, 61 ans, a été reconnu coupable du "détournement de deniers publics portant sur le montant de 48.831 millions de dollars" avec son principal co-accusé, l'entrepeneur libanais Jammal Samih, 79 ans. Le tribubal a prononcé d'autres peines de travaux forcés pour d'autres délits à leur encontre.