L'armée congolaise a annoncé dimanche avoir récupéré un des derniers bastions du groupe armé Codeco et tué 23 de ses membres en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo. 

Vendredi, des combats aux armes lourdes et légères ont opposé les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les miliciens du groupe armé Codeco (Coopérative pour le développement du Congo) dans le territoire de Djugu, dans la province de l'Ituri, selon l'armée.

"A l'issue de ces combats, l'armée a neutralisé au total 23 miliciens du groupe Codeco et récupéré un bastion de ce groupe armé à Bese", une localité située à environ 100 km de Bunia, capitale provinciale, a déclaré à l'AFP le lieutenant Jules Ngongo.

Selon ce porte-parole de l'armée en Ituri, "17 de ces miliciens Codeco ont été tués à Bese et les six autres ont été abattus dans la localité de Kabakaba".

Situé à l'ouest de Djugu, "Bese est un des derniers retranchements de la milice Codeco. Après leurs défaites de plusieurs villages comme Nizi, Dhala et Koku, ils se sont regroupés à cet endroit pour déstabiliser (la cité minière de) Mungwalu et ses environs", a indiqué le lieutenant Ngongo.

Riche en or et pourvue en pétrole, la région de l'Ituri a renoué avec les violences depuis fin 2017. Plus de 700 civils y ont été tués dans des violences qui s'apparentent à des "crimes contre l'humanité", avait indiqué en janvier une enquête des Nations unies.

Le Codeco prétend défendre les intérêts de la communauté Lendu (agriculteurs), face à une autre communauté, les Hema (éleveurs et commerçants).