Partis dans la nuit à bord de deux embarcations de fortune, ces candidats à l'exil, pour la plupart d'Afrique subsaharienne qui tentaient de rallier illégalement l'Europe, ont été repérés par des unités des garde-côtes.

Les corps de neuf femmes, quatre enfants et un homme ont été repêchés, a ajouté le porte-parole de la Garde nationale, Houcem Eddine Jebabli.

Selon lui, "les recherches sont toujours en cours pour trouver d'autres survivants et corps, et le bilan pourrait augmenter".

L'année écoulée a été marquée par une augmentation de telles embarcations en Méditerranée centrale, route migratoire la plus meurtrière du monde pour les candidats à l'exil vers l'Europe.

Des embarcations continuent à prendre la mer chaque jour, en dépit de conditions météo difficiles. Entre le 1er janvier et le 21 février, 3.800 migrants sont arrivés clandestinement en Italie par la mer selon le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), dont près de 1.000 via la Tunisie et 2.500 via la Libye voisine.

Les Tunisiens constituent désormais la première nationalité à arriver clandestinement en Italie avec 12.000 Tunisiens ayant débarqué en 2020, selon le HCR. Mais des étrangers partent également depuis les côtes tunisiennes.