Nommé voici plus d’un an à la direction du Théâtre des Doms, à Avignon, Alain Cofino Gomez a pris ses fonctions le 1er septembre 2015. Mais il entra véritablement en scène ce 31 mai 2016, à 10 heures, boulevard Baudouin, à deux pas de la manifestation de la place Rogier, dans les bureaux de Wallonie Bruxelles International, en pleine grève générale !

Né à Bruxelles en 1967 d’une mère andalouse et d’un père asturien, Alain Cofino Gomez a opté pour la nationalité belge à l’âge de dix-huit ans, un acte qu’il considère comme l’un des plus importants de sa vie.

Ses études à l’Insas (Institut supérieur des arts du spectacle et des techniques de diffusion) auront également marqué son parcours tant l’esprit, l’énergie, la politique de cette école, présentée à juste titre comme une auberge espagnole, forgent un esprit de liberté et de créativité. Avant cela, c’est cependant ce cher Racine qui aura bouleversé l’existence de ce fils d’ouvrier. Après avoir découvert "Phèdre" en séance scolaire, n’y avoir rien et tout compris, il aura lu l’œuvre du dramaturge suivi de celle de Molière puis de Shakespeare. Du théâtre, l’écrivain et scénographe nomade qu’il est devenu aime avant tout les mots. Proche de compagnies picarde, normande et surtout de l’Océan Nord à Bruxelles dont il dirigeait le journal, il a trouvé en eux le moyen de transformer les faits, lui qui, petit, rêvait d’être magicien. "Ecrire un mot, le faire traverser la chair dans le mouvement, dans la voix d’un acteur, c’est de la magie" , nous dit-il avant de préciser qu’aux Doms il entend surtout se mettre au service des projets d’artistes. Alain Cofino Gomez s’installe dans une maison menée de main de maître depuis quinze ans par Philippe Grombeer puis par Isabelle Jans. Point donc, précise-t-il, de révolution en vue mais une perspective d’ouverture vers la Méditerranée, l’Italie, la France, l’Espagne…