Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté lundi dans toute l'Allemagne pour réclamer l'arrêt des centrales nucléaires du pays encore en activité dans le cadre des traditionnelles "Marches de Pâques" pacifistes, ont annoncé les organisateurs. A Gronau, une ville du nord-ouest du pays où est implantée une usine d'enrichissement d'uranium, plus de 10.000 personnes et 65 tracteurs ont exigé la fermeture du site, selon la même source. Des rassemblements ont également eu lieu devant la plupart des centrales nucléaires allemandes, notamment devant le site de Biblis (sud-ouest) ou Krümmel (nord).

Les manifestants ont réclamé une sortie rapide du nucléaire, après la catastrophe japonaise de Fukushima. Ils ont également protesté contre l'intervention militaire en Libye et en Afghanistan. "Cela ne suffit pas de déclarer un moratoire et d'espérer ensuite que la population s'en satisfasse", a estimé Jochen Stay, porte-parole de l'organisation anti-nucléaire "ausgestrahlt" ("irradié"), cité dans un communiqué. Après l'accident nucléaire de Fukushima, le gouvernement d'Angela Merkel a décidé un moratoire de trois mois sur l'allongement de la durée de vie des réacteurs atomiques.

Les réacteurs allemands, qui produisent environ un tiers de l'électricité du pays, devaient initialement fermer d'ici 2020 mais Angela Merkel leur avait accordé à l'automne dernier un sursis de 12 ans. Samedi, des rassemblements avaient déjà eu lieu, notamment à Berlin et Hambourg (nord). Il s'agit de la 51e édition des "Marches de Pâques", qui ont connu une immense popularité durant la Guerre froide, quand jusqu'à 300.000 personnes manifestaient chaque année en Allemagne contre les armes nucléaires.