Dans les quartiers du sud d'Atlanta, une ferme de noix de pécan à l'arrêt a définitivement fermé. Bien que la construction de maisons de ville a été rapidement annoncée, le terrain est resté vierge et a finalement été racheté par le Conservation Fund en 2016. Le Fonds avait un projet à développer sur cette friche : installer la plus grande forêt alimentaire gratuite d'Amérique.

C'est aujourd'hui un projet concrétisé, dans le quartier de Browns Mill. Grâce à une subvention du service forestier américain et à un partenariat entre la ville d'Atlanta, le Conservation Fund et Trees Atlanta, il y a aujourd'hui 2 500 plantes comestibles et médicinales qui poussent sur près de 28 730 m², à dix minutes à peine de l'aéroport d'Atlanta (le plus fréquenté du monde avant la pandémie).

Cette forêt se trouve dans un quartier où il faut habituellement faire 30 minutes de bus avant d'atteindre l'épicerie la plus proche. "L'accès à des espaces verts et à des aliments sains est très important. Et cela fait partie de notre mission", déclare Michael McCord, arboriste et expert en matière de produits comestibles qui aide à entretenir la forêt, à CNN.

Cette forêt comestible fait partie d'un plan plus large de la ville qui vise à produire des aliments sains à moins de 800 mètres des résidences de 85% des 500.000 habitants de la ville d'ici 2022. Pourtant, pas plus tard qu'en 2014, il était encore illégal de cultiver des aliments sur les terrains de la ville, note CNN.

Les ressources proposées par le projet sont plus que nécessaires en Géorgie (sud-est des États-Unis) : un Géorgien sur six est confronté à l'insécurité alimentaire et un habitant de Browns Mill sur trois vit en dessous du seuil de pauvreté. "Nous accueillons beaucoup d'étudiants pour des excursions, et pour beaucoup d'entre eux, c'est la première fois qu'ils se rendent dans un jardin, une ferme ou une forêt. Ici, ils ont l'occasion de faire l'expérience de tout ce qui concerne l'agriculture et la foresterie urbaines en une seule journée. C'est vraiment spécial", se réjouit Michael McCord.


Plus de 1.000 bénévoles et voisins aident à planter, arroser et entretenir la forêt. En une seule journée, plus de 50 bénévoles peuvent travailler sur le site qui appartient désormais officiellement au département des parcs. Carla Smith, une conseillère municipale d'Atlanta, souligne cette capacité qu'a la nature à créer des communautés : "C'est vraiment un parc pour tout le monde. Chaque fois que j'y vais, il y a une communauté qui respecte et apprécie les aliments frais et sains. Il y a une mentalité qui veut que les gens ne prennent que ce dont ils ont besoin."

Les initiatives visant à rendre les villes urbaines plus comestibles rencontrent un vif succès. Il existe au moins 70 forêts alimentaires libres dans le pays, et dans les forêts alimentaires libres de Seattle, Portland et Asheville, des milliers de kilos de nourriture sont récoltés chaque année, affirme le média américain.