Mauvais présage pour les Démocrates qui aspirent à chasser Donald Trump? Les caucus de l’Iowa tournent au fiasco

Les caucus de l’Iowa tournent au fiasco. Problèmes techniques et résultats serrés provoquent un retard sans précédent dans l’annonce des résultats.

Est-ce un mauvais présage pour les Démocrates qui aspirent à chasser Donald Trump de la Maison-Blanche, le 3 novembre prochain ? Les caucus de l’Iowa, qui ouvraient lundi la saison des primaires de l’élection présidentielle, ont tourné au fiasco avec l’impossibilité d’en communiquer les résultats dans les délais et une avalanche de critiques des principaux candidats à l’adresse des responsables locaux du parti.

L’équipe de campagne de Donald Trump a eu tôt fait de se gausser d’ « un déraillement » comme on n’en a jamais vu dans l’histoire. « Et ce sont ces gens qui veulent gérer notre système de soins de santé », ironise son communiqué. « Il serait naturel que la population doute de l’impartialité du processus », lit-on encore. Avant l’estocade, où il est perfidement précisé qu’à l’issue des caucus républicains, « bien organisés » quant à eux, Donald Trump a signé « une performance sans équivalent » avec un taux de participation record pour un Président qui se représente.

Cafouillages techniques

Des responsables démocrates chargés du dépouillement ont signalé des problèmes techniques pour transmettre les résultats, tant avec l’application mobile spécialement conçue qu’avec la ligne téléphonique de secours. Ces déboires en rappellent d’autres qui, depuis le cafouillage mémorable du scrutin présidentiel de 2000 en Floride, ont projeté des opérations électorales aux États-Unis une image qui ne correspond pas exactement à celle d’une grande puissance à la pointe de la technologie. Ils sont de nature à relancer les doutes sur l’intégrité du processus alors que d’aucuns redoutent de nouvelles ingérences de puissances étrangères dont la Russie.

Il semble qu’une partie du problème soit imputable également à des résultats apparemment serrés. Bernie Sanders, donné en tête dans les derniers sondages, et Pete Buttigieg, qui fit auparavant la course en tête, ont tous deux revendiqué la victoire. « Ce jour marque le début de la fin pour Donald Trump », a clamé le sénateur du Vermont, 78 ans, en se félicitant de son « très très beau succès ». « Ce soir, un espoir improbable est devenu une réalité indéniable », a conclu, pour sa part, l’ex-maire de South Bend, 38 ans, en déclarant que l’Iowa « avait surpris la nation ».

La déroute de Joe Biden ?

Si estimations, résultats partiels et extrapolations font mardi matin de Sanders et Buttigieg les vainqueurs probables dans l’Iowa, avec la sénatrice du Massachusetts Elizabeth Warren, 70 ans, en troisième position, leur principal enseignement serait, à ce stade, le naufrage de l’ancien vice-président Joe Biden, 77 ans, qui terminerait lointain quatrième. Il serait hasardeux d’en déduire que celui qui n’a cessé d’être le favori dans les sondages nationaux, n’a désormais plus guère de chances de s’imposer. Il n’empêche que, dans l’histoire récente des caucus de l’Iowa, un candidat arrivé quatrième n’est parvenu qu’une seule fois à enlever l’investiture de son parti. Et c’était chez les Républicains.

Sur le même sujet