"Il a insulté toute l'armée américaine": le Pentagone dénonce l'attaque d'un présentateur de Fox News

Le Pentagone s'est élevé jeudi contre une attaque d'un présentateur de la chaîne conservatrice Fox News qui avait critiqué la montée en puissance des femmes dans l'armée américaine, après la nomination de deux femmes générales à de très hautes fonctions.

Les propos du présentateur Tucker Carlson n'ont pas laissé le Pentagone indifférent.
Les propos du présentateur Tucker Carlson n'ont pas laissé le Pentagone indifférent. ©AP
AFP

Le ministre de la Défense Lloyd Austin "partage la révulsion de beaucoup d'autres pour les propos de Tucker Carlson", a déclaré le porte-parole du Pentagone, John Kirby. Il a "insulté toute l'armée américaine et la façon dont nous défendons ce pays", a ajouté le porte-parole. "La diversité de notre armée est l'un de nos meilleurs atouts."

Joe Biden a nommé mardi deux femmes à la tête de commandements militaires, ce qui leur donnera le titre de général 4 étoiles. Le président américain a ensuite tweeté une photo le montrant entouré des deux générales et de la vice-présidente Kamala Harris avec le commentaire: "Je veux que chaque enfant sache à quoi ressemble un vice-président et des généraux aux Etats-Unis".

Peu après, le présentateur vedette de Fox News Tucker Carlson avait déclaré que la féminisation des rangs faisait de l'armée américaine une "plaisanterie" par rapport à l'armée chinoise, qu'il avait jugée plus "mâle". "Nouvelles coiffures et uniformes de grossesse. Ce sont des femmes enceintes qui vont mener nos guerres", avait-il ajouté. "C'est se moquer de notre armée et de sa mission qui est de gagner des guerres."

Les femmes représentent 17% des 1,3 million de militaires américains en service actif, et elles servent à tous les niveaux, y compris comme pilote de combat ou commandant de navires, a souligné M. Kirby. "Nous avons encore beaucoup de travail à accomplir pour rendre notre armée plus inclusive et plus respectueuse de tous, y compris des femmes", a-t-il ajouté, notant qu'il n'y a encore pas assez de femmes aux grades les plus élevés. "Nous le ferons", a-t-il assuré. "Mais il y a une chose que nous ne ferons certainement pas: c'est de demander leur avis à un présentateur de télé ou à l'armée chinoise. Ces gens-là ont peut-être quelque chose à prouver. C'est leur problème."

Sur le même sujet