Une crise dont Joe Biden se serait bien passé

Joe Biden voit dans cette crise une difficulté à se positionner, tiraillé entre une posture personnelle historiquement favorable à Israël et des réactions qui, autant à droite que dans la gauche de la gauche, lui sont franchement hostiles.

Maxence Dozin, Correspondant à New York
Une crise dont Joe Biden se serait bien passé
©AFP
Lorsque le 12 mai dernier, en conférence de presse à la Maison-Blanche, Joe Biden a répété appuyer le droit des Israéliens à "se défendre contre les attaques du Hamas", le président des États-Unis a ouvert une brèche au sein de son propre parti. Appuyés par une opinion publique démocrate de plus en plus favorable aux droits des Palestiniens (plus de la moitié des sondés estimant que les États-Unis devaient mettre davantage de pression sur Israël - contre 38 % il y a dix ans), des membres de l’aile gauche démocrate se sont publiquement déclarés "extrêmement préoccupés" par la réponse militaire israélienne dans la bande de Gaza, alors qu’il devait être révélé ce week-end qu’en plus d’une aide financière annuelle massive et récurrente, l’administration Biden avait autorisé ce 5 mai la vente...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet