USA : il n'y avait finalement pas de bombe dans le véhicule du suspect qui menaçait le capitole

L'individu qui menaçait de faire exploser une bombe près du Capitole à Washington s'est rendu jeudi, après des heures de négociations tendues dans cette ville encore meurtrie par le souvenir du violent assaut mené le 6 janvier par des manifestants pro-Trump.

USA : il n'y avait finalement pas de bombe dans le véhicule du suspect qui menaçait le capitole
©AP
AFP

Aucune bombe n'a été découverte dans le véhicule d'un individu qui avait menacé pendant de longues heures de déclencher un engin explosif près du Capitole à Washington, déjà cible cette année du violent assaut mené par des manifestants pro-Trump et d'une attaque meurtrière à la voiture-bélier. Le suspect, âgé de 49 ans, s'est rendu de lui-même en début d'après-midi, après des négociations tendues avec la police, qui l'a identifié sous le nom de Floyd Ray Roseberry.

Cet homme blanc au crâne rasé et portant le bouc s'était filmé en direct dans la matinée sur un compte Facebook au nom de Ray Roseberry, en proférant des menaces incohérentes au volant d'un pick-up noir.

Il s'était garé en début de matinée sur un trottoir devant la bibliothèque du Congrès, qui fait face au majestueux dôme du Capitole, de l'autre côté d'un parc.

"Nous n'avons pas trouvé de bombe dans le véhicule mais des matériaux qui peuvent permettre de fabriquer des bombes ont été récupérés dans la camionnette" et l'enquête se poursuit, a écrit la police du Capitole dans un communiqué en fin d'après-midi.

Les routes ont été rouvertes autour du Capitole, dont l'enceinte est sous haute sécurité depuis l'assaut du 6 janvier.

Les messages de Floyd Ray Roseberry sur les réseaux sociaux "suggèrent qu'il fait partie du mouvement pro-Trump 'MAGA+', acronyme de 'Make America Great Again' (Rendre sa grandeur à l'Amérique), le slogan de l'ex-président Donald Trump", a souligné le groupe de surveillance des sites extrémistes SITE.

Facebook a depuis rendu son profil indisponible et enquête sur les faits, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la plateforme.

Sur le même sujet