Joe Biden sur le retrait d'Afghanistan : "La meilleure décision pour l'Amérique"

Le président s'est adressé ce mardi soir aux Américains.

F.F. avec (AFP)

Alors que le dernier soldat américain a quitté l'aéroport de Kaboul et que les talibans en ont pris possession, Joe Biden a pris à nouveau la parole ce mardi soir au sujet de la fin de la guerre en Afghanistan. Il est revenu sur sa décision de na pas prolonger la présence américaine au-delà du 31 août.

"La nuit dernière à Kaboul les Etats-Unis ont mis fin à 20 ans de guerre en Afghanistan. Nous avons réussi l'un des plus grand pont aérien de l'histoire avec plus de 120 000 personnes évacuées. C'est plus que le double de ce que les experts pensaient possible. Aucune nation n'a jamais fait quelque chose de comparable", a annoncé d'entrée Joe Biden fièrement. "Seuls les Etats-Unis avaient la capacité et la volonté de le faire, et nous l'avons fait", a-t-il ensuite soutenu avant de souligner les compétences des soldats américains et le travail qu'ils ont accompli alors que des terroristes de l'Etat Islamique rôdaient parmi la foule de personnes qui voulaient être évacuées. "Treize héros ont donné leur vie. Nous leur devons à eux et à leur familles une dette de gratitude que nous ne pourrons jamais rembourser."

Joe Biden est ensuite revenu sur sa décision d'avril 2021 de fixer le départ des troupes américaines d'Afghanistan le 31 août. "Nous supposions que les 300 000 membres des forces de la sécurité nationale afghane que nous avions entraîné et équipé les deux dernières décennies seraient un adversaire assez fort dans la guerre civile avec les talibans. Cette hypothèse s'est avérée ne pas être correcte, mais nous étions prêts quand les forces de sécurité afghanes n'ont pas tenu aussi longtemps qu'espéré", a-t-il ainsi indiqué avant d'insister sur les 6000 soldats américains qu'il a envoyés à Kaboul pour sécuriser l'aéroport afin de permettre l'évacuation des ressortissants américains et de tous les Afghans ayant collaboré avec les Etats-Unis. "90% des Américains qui étaient en Afghanistan et qui voulaient partir ont pu le faire. Et pour ces Américains qui sont restés, il n'y a pas de deadline ! Nous restons engagés à les faire sortir s'ils le veulent." Les Etats-Unis restent ainsi déterminés à évacuer les Américains restant en Afghanistan, dont le nombre est évalué entre 100 et 200.

"Partir le 31 août n'était pas une deadline arbitraire. Elle a été prévue pour sauver des vies américaines", a déclaré le président avant de revenir sur sa décision d'arrêter cette guerre. "Je n'allais pas prolonger cette guerre sans fin, et je n'allais pas prolonger et une sortie sans fin. La décision d'arrêter le pont aérien était basée sur l'avis unanime de mes conseillers militaires et civils. La façon la plus sûre d'assurer le passage de milliers d'américains et d'autres en dehors du pays n'était pas de continuer avec 6000 soldats américains sur le sol de Kaboul"a -t-il expliqué avant d'assurer," Nous allons continuer à travailler pour aider tous ceux qui veulent quitter le pays où ils sont en danger."

Joe Biden a ainsi déclaré assumer la responsabilité de cette décision et a réfuté l'hypothèse selon laquelle il aurait fallu commencer l'évacuation bien plus tôt. Il juge en effet que tenter d'évacuer des milliers de personnes en mai ou en juin, en plein milieu d'une guerre civile, aurait engendré une pareille fuite vers l'aéroport et surtout une perte de confiance du gouvernement. A ceux qui pensent qu'il aurait fallu rester et ne rien changer, il répond que les Etats-Unis n'avaient d'autre choix que "le départ ou l'escalade militaire", après l'accord passé par son prédécesseur Donald Trump avec les talibans. "Nous n'avions plus qu'un choix simple. Soit suivre l'engagement pris par la précédente administration, et quitter l'Afghanistan, soit dire que nous ne partions pas et renvoyer des dizaines de milliers de soldats à la guerre. Le véritable choix était entre le départ ou l'escalade."

"Je vous donne ma parole, du fond de mon cœur. Je suis convaincu que c'est la bonne décision, une sage décision, et la meilleure décision pour l'Amérique", a insisté le président américain. "Nous étions une nation en guerre depuis trop longtemps."

"Nous n'en avons pas fini avec vous"

Joe Biden a encore prévenu le groupe Etat islamique au Khorassan (EI-K) que les Etats-Unis n'en avaient "pas fini" avec lui, après l'attentat qui a tué une centaine d'Afghans, 13 militaires américains et deux Britanniques près de l'aéroport de Kaboul la semaine dernière.

"A l'EI-K: nous n'en avons pas fini avec vous", a lancé le président américain. "En tant que commandant en chef, je crois fermement que la meilleure voie pour protéger notre sécurité passe par une stratégie dure, impitoyable, ciblée et précise qui traque la terreur là où elle se trouve aujourd'hui. Pas où elle était il y a deux décennies."

Sur le même sujet