Toujours pas d'accès à l'eau potable et un tiers des écoles détruites, Haïti peine à se redresser après le séisme

Le pays est menacé par une résurgence du choléra.

Toujours pas d'accès à l'eau potable et un tiers des écoles détruites, Haïti peine à se redresser après le séisme
©Belga
La Rédaction

Le bilan du séisme qui a ravagé Haïti le 14 août a fait plus de 2.200 morts et détruit une région entière. Aujourd'hui, le pays peine à se relever, et pour cause, les aides humanitaires n'accèdent que très difficilement aux zones sinistrées. De fait, les routes ont été fortement touchées par les glissements de terrain, rendant la situation particulièrement dangereuse. Actuellement, de nombreux habitants sont toujours privés d'eau potable, une situation catastrophique. "L'Unicef est venue en aide à plus de 70.000 personnes qui n'avaient pas accès à l'eau potable", explique Jonathan Crickx, porte-parole de l'Unicef, à nos confrères de la RTBF.

Le manque d'eau expose Haïti à une autre menace d'autant plus sérieuse: le choléra. Un demi-million d’enfants sont exposés à une résurgence de la maladie. Des enfants qui à sont en majorité privés d'éducation puisqu'un tiers des écoles ont été complètement détruites. L'Unicef tente de rassembler la somme de 70 millions de dollars, en lançant des appels aux dons, mais en s'adressant également aux dirigeants d'autres états. Cet argent permettrait en autre de distribuer rapidement à grande échelle des kits d’hygiène et des denrées alimentaires. Avant le séisme, 4 millions de personnes se trouvaient en situation d'insécurité alimentaire, un nombre qui risque d'avoir augmenter de manière exponentielle à présent.