Bolsonaro va être lourdement incriminé pour l'hécatombe causée par le coronavirus au Brésil

Une Commission d'enquête parlementaire (CPI) du Sénat brésilien va demander mercredi l'inculpation du président Jair Bolsonaro pour une série de crimes "intentionnels" lors de la pandémie de Covid-19 qui a fait plus de 600.000 morts dans son pays.

Bolsonaro va être lourdement incriminé pour l'hécatombe causée par le coronavirus au Brésil
©AP

Après près de six mois d'auditions mouvementées, avec des témoignages émouvants et des révélations glaçantes sur des expériences sur des "cobayes humains" avec des remèdes inefficaces, la CPI constituée de sénateurs de diverses tendances politiques rend un rapport très attendu.

Le document d'environ 1.200 pages doit être lu -- probablement dans une version abrégée -- par le rapporteur Renan Calheiros. Celui-ci a annoncé mardi soir avoir retenu neuf chefs d'accusation contre Jair Bolsonaro, dont "crime contre l'humanité" et "prévarication".

Ceux d'"homicide" et "génocide de populations indigènes" ont été retirés en dernière minute en raison de dissensions au sein de la CPI.

Pour la CPI, les crimes cités dans le rapport sont "intentionnels", le gouvernement Bolsonaro ayant délibérément décidé de ne pas prendre les mesures nécessaires pour contenir la circulation du virus.

Des accusations gravissimes, qui devraient néanmoins avoir une portée surtout symbolique pour l'heure, le président d'extrême droite bénéficiant de soutiens au Parlement à même de lui éviter l'ouverture d'une procédure de destitution. De même, le procureur général Augusto Aras, un allié de M. Bolsonaro, peut faire barrage à toute inculpation.

La CPI devrait également demander l'inculpation de plusieurs ministres et des trois fils aînés du président, qui a qualifié la Commission de "mascarade".

Sur le même sujet