Comment ce sous-marin américain d'une valeur de 3 milliards de dollars a-t-il heurté une montagne ?

Ultra rapide, ultra équipé, ultra onéreux, mais ce sous-marin a tout de même foncé droit sur une paroi. Comment est-ce possible ?

Comment ce sous-marin américain d'une valeur de 3 milliards de dollars a-t-il heurté une montagne ?
©AP
Vdl

On ne parle pas de n'importe quel sous-marin. D'aucuns le surnomment même la "voiture de luxe". L'USS Connecticut, un sous-marin à propulsion nucléaire de la classe Seawolf, a heurté un objet d'abord non identifié dans l'après-midi du 2 octobre alors qu'il naviguait en immersion en mer de Chine méridionale. Onze marins ont été blessés. Le capitaine de frégate de ce bâtiment à 3 milliards de dollars, Cameron Aljilani, le capitaine de corvette Patrick Cashin, commandant en second du submersible, et le maître principal Cory Rodgers, sous-officier le plus haut gradé à bord ont d'ailleurs tous par la suite été relevés de leur fonction.

Bien qu'équipé des derniers gadgets électroniques, ce sous-marin est tout de même entré en collision avec ce qui s'est avéré plus tard être une montagne sous-marine. Il est maintenant à quai dans une base de la marine américaine sur l'île de Guam, renseigne le média CNN. Selon la Marine, le réacteur nucléaire de l'engin n'a pas été endommagé. Le Pentagone n'a pas donné plus de détails sur les dommages subis par le navire ni sur la durée de son immobilisation. On ne sait pas non plus où exactement a eu lieu la collision. Les déclarations officielles annoncent l'accident dans les eaux indo-pacifiques, mais des responsables de la Défense américaine avaient précédemment déclaré à CNN qu'il s'était produit dans la mer de Chine méridionale.

Cameron Aljilani à droite, durant une visite de l'USS Connecticut
Cameron Aljilani à droite, durant une visite de l'USS Connecticut ©AFP

Comment ce sous-marin est-il entré en collision ?

Avec la montée en puissance de la marine chinoise, la flotte américaine est de plus en plus sollicitée dans cette partie du monde."La navigation sous-marine est difficile, c'est vraiment difficile. Tout ne se passe pas toujours bien", a déclaré Thomas Shugart, qui a passé plus de 11 ans à bord des sous-marins américains, notamment en tant que commandant d'un sous-marin d'attaque. Une fois que les bâtiments plongent dans les profondeurs, le périscope devient inutile et les systèmes GPS ne sont plus disponibles. Les sous-mariniers se débrouillent donc avec leurs boussoles et leurs cartes.

Comment ce sous-marin américain d'une valeur de 3 milliards de dollars a-t-il heurté une montagne ?
©AP

Le média américain explique que des cartes précises (une précision de 100 mètres) du fond marin sont compilées par des navires de surface qui utilisent des ondes sonores. Un processus toutefois très couteux et chronophage. Seuls 20% des fonds marins internationaux sont donc cartographiés. "Dans la très fréquentée mer de Chine méridionale, où la Chine a construit et fortifié militairement des îles artificielles, moins de 50 % des fonds marins ont été cartographiés. Il n'est pas surprenant que l'on puisse tomber sur quelque chose", a déclaré à CNN David Sandwell, professeur de géophysique à la Scripps Institution of Oceanography en Californie.

Si c'est le noir complet, pourquoi ne pas avoir utilisé le sonar ? Ces sous-marins de classe Seawolf ont une profondeur maximale officielle de plus de 243 mètres. Certains experts estiment que leur profondeur maximale est même deux fois supérieure. Si bas sous le niveau de la mer, le sonar est le seul moyen de voir les fonds. "Mais on ne veut pas émettre plus de son qu'il n'en faut", explique Thomas Shugart à CNN. "Il faudrait le faire toutes les 20 secondes environ pour obtenir une image précise. Ça fait vraiment beaucoup de bruit. En fait, la surface de la lune est mieux cartographiée que le fond de l'océan."