Des dizaines de plaintes contre les organisateurs du concert mortel à Houston

Les plaintes s'accumulaient mercredi contre les organisateurs du festival Astroworld à Houston au Texas, accusés de ne pas avoir fourni les mesures de sécurité nécessaires pour éviter un mouvement de foule ayant fait huit morts et des dizaines de blessés le 5 novembre.

AFP

Est notamment visé le rappeur Travis Scott, principal organisateur du festival et présent sur scène au moment du drame.

"Une personne est tombée, et les autres ont suivi comme des dominos" les unes sur les autres, a raconté Mohit Bellani à la télévision locale ABC13.

Sa cousine Bharti Shahani, étudiante de 22 ans à l'université Texas A&M, était avec lui au concert. Elle a été placée sous respirateur artificiel à l'hôpital méthodiste de Houston.

"Il y avait des corps empilés, on luttait pour remonter à la surface et respirer pour rester en vie", a également témoigné Mohit Bellani.

Le père de Bharti, Sunny Shahani, a indiqué que "ses chances de survie (étaient) nulles", selon les médecins, car son cerveau a cessé de fonctionner.

Ezra Blount, âgé de 9 ans, était allé au concert avec son père qui le tenait sur ses épaules quand celui-ci est tombé au sol sous la pression de la foule.

Le petit garçon "a été piétiné" et "lutte pour sa vie" à l'hôpital de Houston où il a été placé sous respirateur, a assuré l'avocat Ben Crump.

"Les concerts et les festivals de musique comme celui-ci sont censés être sûrs pour les spectateurs de tous âges qui apprécient la musique dans un environnent contrôlé", a-t-il assuré mardi dans un communiqué. "Rien de cela n'est vrai concernant le festival Astroworld".

Alors que l'enquête de police se poursuit, plus de 60 plaintes ont été déposées, au nom des victimes du festival, contre Travis Scott, les promoteurs, les responsables du site du concert, et plusieurs sociétés associées au festival.

Ils auraient échoué à fournir un environnement sûr et les mesures de sécurité nécessaires entourant le concert, selon les documents juridiques consultés par l'AFP.

Face aux appels à l'aide, les organisateurs avaient attendu plusieurs dizaines de minutes avant de stopper la musique et de faire évacuer les quelque 50.000 spectateurs du NRG Park.

"Hors de contrôle"

Une plainte vise aussi Drake, invité surprise du festival, estimant que le rappeur canadien a "aidé" Travis Scott à "inciter le désordre et le chaos" en restant sur la scène alors que la foule devenait "hors de contrôle".

Cette tragédie était "prévisible et évitable", estime l'avocat Tony Buzbee, qui représente au moins 35 plaignants, évoquant un premier mouvement de foule dans l'après-midi, quand des spectateurs avaient été piétinés lors d'une ruée à l'ouverture des portes.

Dans la plainte déposée au nom de Manuel Souza, il souligne qu'"à plusieurs reprises pendant le concert (...) des véhicules de secours d'urgence ont traversé la foule immense pour aider des spectateurs victimes de blessures graves".

Mais les organisateurs "ont pris la décision en conscience de laisser le concert se poursuivre, malgré les risques extrêmes de blessures de spectateurs qui augmentaient à chaque instant".

Le drame "couvait depuis des mois, sinon des années", affirme l'avocat en évoquant un incident lors de la précédente édition du Festival en 2019.

Une autre plainte déposée par Joseph Ferguson au nom de deux mineurs blessés lors du concert, dénonce également les "deux incidents presque similaires" intervenus à l'ouverture du Festival.

En 2019, "la foule a déferlé sur une barrière permanente (..) et pris d'assaut l'entrée du festival. Des spectateurs ont été poussés au sol par la foule et se sont retrouvés piégés sous la bousculade, incapables de se relever. Beaucoup d'entre eux ont subi des blessures graves", est-il écrit.

Le soir du drame la foule a commencé à se presser aux environs de 21H00 locales vers le devant de la scène, provoquant un début de panique et de premiers blessés.

Puis des spectateurs incapables de se sortir de la nasse sont tombés, ce qui a généré un mouvement de panique supplémentaire, selon les autorités.

Les spectateurs "ont été écrasés contre des barrières de métal par la foule féroce qui avait été attisée par les encouragements de Travis Scott à se déchaîner", assure Joseph Ferguson.

Le concert avait été définitivement arrêté vers 22H15.