Une peine record infligée pour l'assaut du Capitole, avant celle de 'QAnon Shaman'

Dans les différents procès relatifs à l'assaut du Capitole américain à Washington, la peine la plus lourde a été prononcée jusqu'à présent.

Une peine record infligée pour l'assaut du Capitole, avant celle de 'QAnon Shaman'
©AFP
DPA/ANP

Un homme a ainsi été condamné à 41 mois de prison pour avoir agressé un officier de police. Son record pourrait cependant être bientôt dépassé, lorsque sera prononcée la peine à l'encontre de Jacob Chansley, également connu sous le nom de 'QAnon Shaman', contre qui ont été requis 51 mois, soit plus de quatre ans, de prison. Scott Fairlamb, de l'État du New Jersey, est devenu la première personne à être condamnée pour avoir agressé un policier lors de l'attaque du Capitole. Ce propriétaire d'un gymnase et adepte d'arts martiaux s'est ensuite excusé pour ses actions, rapportent les médias américains.

Il y a plus d'un mois, deux hommes de l'Ohio avaient été condamnés à 45 jours de prison. Ils n'avaient pas utilisé la violence pour s'introduire dans le bâtiment.

De son côté, 'QAnon Shaman' pourrait faire face à plus de quatre ans de prison lorsqu'un juge le condamnera pour son rôle dans l'invasion du Capitole. Les procureurs ont demandé à un juge fédéral de condamner Jacob Chansley à 51 mois de prison, le réquisitoire le plus sévère jamais formulé dans une affaire découlant des faits du 6 janvier dernier.

L'adepte de la théorie du complot s'était mis torse nu et avait tristement revêtu une coiffe ornée de bois de cerf à la tête alors que des milliers d'assaillants hurlants avaient submergé la police et défilé dans le Capitole.

"Les actes criminels désormais célèbres de Chansley ont fait de lui le visage public de l'émeute du Capitole", ont déclaré les procureurs dans le dossier de 28 pages.

Le juge Ross Lamberth doit prononcer la sentence le 17 novembre.

Le 6 janvier, des partisans de Donald Trump, alors président, avaient pris d'assaut le Capitole pour tenter d'empêcher Joe Biden d'être déclaré vainqueur de l'élection présidentielle. Cinq personnes avaient alors été tuées. Plus de 600 personnes ont depuis été arrêtées pour leur participation aux émeutes.

Sur le même sujet