Washington condamne Ortega et réclame la libération de prisonniers à Cuba et au Venezuela

Les États-Unis soutiennent un projet de résolution qui condamne le gouvernement de Daniel Ortega au Nicaragua et demande la libération de personnes détenues à Cuba et au Venezuela, a déclaré jeudi le secrétaire d'État Antony Blinken, lors de l'assemblée générale de l'Organisation des États américains (OEA) qui se tient de manière virtuelle au Guatemala.

Washington condamne Ortega et réclame la libération de prisonniers à Cuba et au Venezuela
©AP

"Nous avons soutenu une résolution condamnant le gouvernement de (Daniel) Ortega lors de cette assemblée générale", a déclaré M. Blinken, en réaction à la réélection du président Ortega dimanche lors d'un scrutin privé d'opposition, suite à l'emprisonnement ou l'exil de ses principaux rivaux politiques.

Le projet de résolution, impulsé mercredi par huit pays de la région, dont les Etats-Unis, demande au Conseil permanent de l'OEA de mener "une évaluation collective immédiate (...) au plus tard le 30 novembre et de prendre les mesures appropriées".

Selon l'article 21 de la Charte démocratique interaméricaine de l'OEA, un Etat membre peut être suspendu en cas "d'interruption inconstitutionnelle de l'ordre démocratique" suite à laquelle "les démarches diplomatiques se sont révélées infructueuses".

"Nous devons respecter cette charte", a insisté M. Blinken.

Le secrétaire d'État a également évoqué la situation à Cuba, où une manifestation prévue le 15 novembre par l'opposition pour réclamer la libération de prisonniers politiques a été interdite par le gouvernement. Il a aussi exigé au Venezuela de libérer "tous les ressortissants américains détenus illégalement".

Sur le même sujet