Après un bref transfert de pouvoir, Joe Biden a repris ses fonctions présidentielles

Joe Biden a repris vendredi ses fonctions présidentielles, qu'il avait transférées pendant une heure et vingt-cinq minutes à la vice-présidente Kamala Harris, le temps d'une anesthésie, a annoncé la Maison Blanche.

Après un bref transfert de pouvoir, Joe Biden a repris ses fonctions présidentielles
©AP
AFP

"Mon bilan de santé s'est très bien passé", a-t-il lancé à la presse en quittant vers 14h05 locale (19h05 GMT) l'hôpital Walter Reed, en bordure de Washington.

Arrivant un peu plus tard à la Maison Blanche le président, souriant, a dit: "Je me sens bien."

Joe Biden, qui fêtera ses 79 ans samedi, a subi une coloscopie "de routine" sous anesthésie.

Il avait transféré ses prérogatives à la vice-présidente Kamala Harris à 15H10 GMT (10H10 heure de Washington), dans les conditions prévues par la Constitution américaine. Puis repris les rênes "à environ 11H35 ce matin (16H35 GMT)", selon la Maison Blanche.

Soit un intermède historique, d'une heure et vingt-cinq minutes, pendant lequel une femme a été à la tête de la première puissance mondiale.

Vendredi, le programme du président prévoyait qu'il gracie deux dindes pour Thanksgiving conformément à la tradition, avant de partir en week-end.

L'actualité promettait d'être dominée par un vote du Congrès sur un grand projet de dépenses sociales avant que ne tombe, à 06h00 du matin, un communiqué laconique de la porte-parole de la Maison Blanche.

"Routine"

"Plus tard dans la matinée le président ira au Walter Reed Medical Center pour son bilan de santé annuel de routine", écrivait Jen Psaki.

Un peu plus tard, la Maison Blanche précisait que le président allait "subir une coloscopie de routine" dans cet hôpital tout proche de Washington.

Cet examen, destiné à repérer des anomalies du côlon, s'inscrit dans le cadre du premier bilan de santé du président.

Un résumé détaillé de cette visite médicale sera publié dans l'après-midi, heure de Washington, a précisé l'exécutif américain.

La Maison Blanche a aussi rappelé que ce transfert de pouvoir avait déjà eu lieu "lorsque le président George W. Bush a subi la même intervention en 2002 et 2007".

L'ancienne porte-parole de Donald Trump, Stephanie Grisham, sous-entendait dans un récent livre que le milliardaire républicain avait également subi une coloscopie pendant son mandat, mais qu'il avait gardé l'intervention secrète.

Joe Biden s'est appuyé plus précisément sur le 25ème amendement de la Constitution américaine. Ce texte prévoit que lorsque le président n'est pas "apte" à exercer ses fonctions, il transfère ses "pouvoirs et charges" au vice-président, qui les exerce jusqu'à ce que le locataire de la Maison Blanche signale qu'il est à nouveau en mesure de les assumer.

Transparence

M. Biden, qui ne fume pas et ne boit pas, est entièrement vacciné contre le Covid-19, et a reçu sa troisième dose fin septembre.

Plus vieux président de l'histoire des Etats-Unis, il a fait savoir publiquement qu'il comptait se représenter en 2024.

Son âge alimente toutefois les spéculations sur le fait qu'il pourrait renoncer.

Cet examen médical était très attendu par la presse américaine.

Joe Biden a promis la plus grande transparence sur son état de santé, alors que certains partisans de Donald Trump ne perdent aucune occasion de s'interroger publiquement, de manière plus ou moins détournée, sur sa santé physique et sa lucidité.

Le démocrate avait été déclaré "en bonne santé" et "vigoureux" par son médecin fin 2019, au moment où il était candidat à la primaire de son parti.

Il a connu toutefois une alerte de santé grave en 1988. Transporté en urgence à l'hôpital après une rupture d'anévrisme, un prêtre avait été appelé pour lui donner les derniers sacrements.

Si Joe Biden ne se représentait pas, Kamala Harris, 57 ans, serait considérée comme une candidate naturelle du camp démocrate, même si jusqu'ici, la plupart des observateurs dressent un bilan mitigé de son mandat de vice-présidente.