Être payé pour étudier? Le Québec l'a fait!

Seuls certains secteurs sont concernés (et pour des filières bien précises).

J.F.
Être payé pour étudier? Le Québec l'a fait!
©shutterstock

La province du Québec (Canada) a sorti l'artillerie lourde afin de lutter contre la pénurie de main-d'oeuvre. Elle a en effet décidé de rémunérer les étudiants qui choisiront des filières bien précises dans le secteur de la santé, des services sociaux, de l'éducation, des services de garde éducatifs à l'enfance, du génie et des technologies de l'information et de la construction.

Selon le site Les Affaires, à partir de la rentrée 2022, les étudiants à l'université qui optent pour ces études toucheront 2.500 dollars par session, ce qui représente 15.000 dollars (10.500 euros) pour un programme de trois ans et 20.000 dollars (14.000 euros) pour un programme de 4 ans.

Si ces montants peuvent faire rêver, il ne faut pas oublier que le coût des études est beaucoup plus élevé au Canada qu'en Belgique.

Au collégial, pour un niveau d'études entre le secondaire et l'universitaire qui peut mener directement à un métier, les étudiants toucheront 1.500 dollars par session, soit 9.000 dollars pour un programme de trois ans.

Le ministère des Finances du Québec prévoit que la mesure coûtera 1,7 milliard de dollars (1,2 milliard d'euros). La province espère ainsi résorber le cruel manque de main-d'oeuvre qui paralyse en partie son économie.

Précisons que le Québec n'est pas la seule région qui rémunère ses étudiants. En France, certaines grandes écoles offrent un salaire aux étudiants qui s'engagent à rester entre 5 et 10 ans dans la fonction publique.