Biden conclut son sommet pour la démocratie sous les critiques

Le président américain Joe Biden a conclu en demi-teinte vendredi son sommet virtuel pour la démocratie sous les critiques acerbes de la Chine et de la Russie, mais aussi de la part de certains aux Etats-Unis.

AFP
Biden conclut son sommet pour la démocratie sous les critiques
©AFP

La démocratie "ne connaît pas de frontières. Elle parle toutes les langues. Elle vit chez les militants anti-corruption, chez les défenseurs des droits humains, chez les journalistes", a-t-il lancé aux participants, via vidéoconférence.

Les Etats-Unis se tiendront aux côtés de ceux "qui permettent à leurs peuples de respirer librement et n'asphyxient pas leur population d'une main de fer", a-t-il dit.

Le démocrate de 79 ans, qui répète à l'envi que le monde a atteint un "tournant" dans l'opposition entre autocraties bien portantes et démocraties menacées, avait promis au premier jour de son sommet 424 millions de dollars de soutien à la liberté de la presse, à des élections libres et aux campagnes de lutte anti-corruption. "La démocratie a besoin de champions", avait-il lancé.

Mais sa tentative de réaffirmer les Etats-Unis comme référence démocratique s'est heurtée à de nombreuses critiques.

La liste des invités -- une centaine de gouvernements, des ONG, entreprises et organisations caritatives -- a provoqué la colère des exclus, Chine et Russie en tête.

Pékin, d'autant plus furieux que Taïwan, pourtant considéré comme une province chinoise, a été invité, a remporté une victoire en plein sommet: le Nicaragua a annoncé jeudi rompre ses relations diplomatiques avec Taipei et reconnaître la Chine populaire.

Et Joe Biden a également essuyé des critiques aux Etats-Unis. D'un côté, les républicains lui reprochent de ne pas se montrer plus intransigeant avec la Chine. De l'autre, Daniel Ellsberg, un lanceur d'alerte de la guerre du Vietnam, a reproché à son administration de chercher à obtenir l'extradition de Julian Assange, poursuivi aux Etats-Unis pour avoir levé le voile sur les guerres en Afghanistan et en Irak. "Comment Biden ose-t-il faire la leçon lors de son sommet pour la démocratie aujourd'hui tout en refusant de gracier" le fondateur de WikiLeaks, a tweeté jeudi M. Ellsberg. Joe Biden "assassine la liberté de la presse au nom de la +sécurité nationale+", a estimé l'ancien lanceur d'alerte.

Une enquête du centre de recherche Pew, conduite au printemps 2021, montrait que seules 17% des personnes interrogées dans 16 pays développés "considèrent la démocratie américaine comme un modèle à suivre". Par ailleurs, 57% "pensent qu'elle était auparavant un bon exemple mais ne l'a pas été ces dernières années".