La "malédiction" des présidents péruviens

Huit mois après avoir été élu, Pedro Castillo, le novice en politique, en est déjà à son 4e gouvernement.

La "malédiction" des présidents péruviens
©AP
Avec son grand chapeau blanc à larges bords relevés et à haute calotte, typique des paysans de Cajamarca (nord du Pérou) et ses allures de cow-boy andin sur le retour, Pedro Castillo, l’ancien instituteur et syndicaliste de gauche, novice en politique, a surpris tout son monde à l’été dernier. D’abord en se qualifiant pour le second tour de la présidentielle et, ensuite,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité