La Tiger Team, l'équipe de Joe Biden qui se prépare à une éventuelle attaque nucléaire de la Russie

Comment réagir si Vladimir Poutine lance une attaque chimique ou nucléaire ? C'est la question au centre des travaux de la Tiger Team, cette équipe montée par Joe Biden.

La Tiger Team, l'équipe de Joe Biden qui se prépare à une éventuelle attaque nucléaire de la Russie
©AFP

Le scénario (encore plus) catastrophe d'une attaque nucléaire venant de Russie est craint depuis le début de la guerre en Ukraine. Bien que ce mardi 22 mars le porte-parole du Kremlin ait affirmé que la Russie n'utiliserait l'arme nucléaire en Ukraine qu'en cas de "menace existentielle", les dirigeants du monde se préparent. Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'Otan a annoncé que l'Alliance allait fournir à l'Ukraine des équipements de protection contre les menaces chimiques, biologiques et nucléaires et qu'elle allait également protéger ses forces déployées sur le flanc oriental contre ces menaces.

En cas d'attaque nucléaire, comment protéger les populations ? En Amérique, The New York Times révèle que Joe Biden a demandé à une équipe d'élaborer des scénarios de réaction à une attaque chimique ou nucléaire lancée par la Russie. Selon le quotidien américain, cette équipe se réunit trois fois par semaine pour établir les réactions les plus appropriées des États-Unis et de leurs alliés. Elle travaillerait également sur les réponses possibles à une attaque de la Russie d'un territoire de l'Otan, ou un pays de l'Europe de l'est (la Moldavie ou la Géorgie, par exemple). Ces scénarios seraient discutés ce jeudi à Bruxelles, lors du sommet de l'Otan.

Sur son site internet, le Centre de crise National belge indique que certains citoyens se sont rendus ces derniers jours en pharmacie pour demander des comprimés d'iode. "La situation en Ukraine est suivie de près par les autorités belges et européennes, notamment par l'Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN)" , assure le Centre de crise. "Cette situation ne représente actuellement aucun danger pour la santé des citoyens belges. Disposer de comprimés d'iode stable dans ce cadre n'est donc pas nécessaire. D'autant que l'émission potentielle d'iode radioactif ne concerne pas des centrales n'étant plus en fonctionnement, telle que la centrale nucléaire de Tchernobyl."