Le gouverneur de l'Oklahoma signe l'une des lois les plus restrictives sur l'avortement: "Je veux que l'on devienne l'Etat le plus pro-vie dans le pays"

Le gouverneur républicain de l'Oklahoma, dans le sud des Etats-Unis, a annoncé avoir signé mardi une loi interdisant l'avortement après six semaines de grossesse, l'une des plus restrictives du pays, alors que la Cour suprême s'apprêterait à revenir sur ce droit au niveau fédéral.

Le gouverneur de l'Oklahoma signe l'une des lois les plus restrictives sur l'avortement: "Je veux que l'on devienne l'Etat le plus pro-vie dans le pays"
©AP
AFP

"Je représente la totalité des quatre millions d'habitants de l'Oklahoma qui, de manière écrasante, veulent protéger les enfants à naître", a écrit sur Twitter Kevin Stitt en promulguant le texte voté par le parlement de l'Etat jeudi dernier.

"Je veux que l'Oklahoma devienne l'Etat le plus pro-vie dans le pays", a-t-il dit en utilisant l'expression consacrée par les Américains opposés à l'avortement. Le texte prévoit des exceptions médicales pour l'accès à l'avortement, mais pas en cas de viol ou d'inceste.

Cet Etat conservateur accueillait depuis quelques mois des milliers de Texanes cherchant à avorter, après le passage d'un texte similaire dans cet Etat voisin.

Depuis septembre 2021 déjà, le Texas a mis en place une loi interdisant toute IVG à partir du moment où un battement de coeur de l'embryon est perceptible à l'échographie, soit quatre semaines environ après la fécondation.

La légalité de textes similaires dans d'autres Etats est étudiée par la Cour suprême depuis plusieurs mois.

Mais, lundi soir, la publication par le journal Politico d'un projet de décision de la Cour suprême à ce sujet indique que l'institution fédérale serait sur le point de remettre aux Etats le pouvoir d'autoriser, ou non, les IVG, près de 50 ans après les avoir rendues légales dans tout le pays.

La fuite de ce document, dont l'authenticité a été confirmée par la Cour qui a rappelé qu'il ne s'agissait pas de la décision définitive, a fait l'effet d'une bombe à Washington et poussé le président démocrate Joe Biden à rappeler son soutien au droit à l'IVG.

Sur le même sujet