Avortement aux États-Unis: le Missouri premier État à l'interdire sur son territoire, d'autres États suivent

À peine la décision de la Cour suprême de révoquer le droit à l'avortement annoncée, le Missouri a réuni une Assemblée générale pour interdire l'avortement sur le territoire de son État.

Plusieurs Etats américains ont déjà annoncé prendre des mesures pour interdire les interruptions volontaires de grossesse sur leur territoire, dans la foulée de la décision vendredi de la Cour suprême qui a révoqué le droit à l'avortement. Le procureur général du Missouri a annoncé vendredi que cet Etat conservateur du centre des Etats-Unis devenait le "premier" à interdire l'avortement..

"C'est un jour monumental pour le caractère sacré de la vie", a déclaré le procureur général du Missouri, Eric Schmitt. Il a expliqué avoir réuni une Assemblée générale très rapidement après que la Cour suprême a officialisé sa décision. "Aujourd'hui est un jour historique, mais nous nous souvenons aussi de plus de 60 millions de vies innocentes perdues. Il y a eu beaucoup de travail en coulisses avant que nous n'obtenions cette incroyable victoire", a-t-il ajouté.

La gouverneure républicaine duDakota du Sud, Kristi Noem, a elle annoncé que l'avortement était désormais illégal dans cet Etat du nord des Etats-Unis, en vertu d'une loi dite "zombie" ou "gâchette" qui avait été rédigée à l'avance, pour entrer en vigueur automatiquement en cas de changement de jurisprudence à la Cour suprême.

"La loi gâchette duDakota du Sud(...) spécifie qu'à partir d'aujourd'hui, tous les avortements sont illégaux dans le Dakota du Sud +à moins qu'un jugement médical raisonnable et approprié stipule qu'un avortement est nécessaire pour préserver la vie de la femme enceinte+", précise le communiqué. La gouverneure républicaine a également annoncé dans un communiqué la tenue d'une session spéciale de la législature de l'Etat "plus tard dans l'année", "pour sauver des vies et aider les mères touchées par la décision" de la Cour suprême.

Peu après, le gouverneur républicain de l'Indianaa annoncé convoquer la législature de cet autre Etat du nord des Etats-Unis pour prononcer au plus vite l'interdiction de l'avortement. "La décision de la Cour suprême est clair, et il revient maintenant aux Etats de s'attaquer à cette question importante. Nous le ferons dans les meilleurs délais en Indiana", a déclaré sur Twitter le gouverneur Eric Holcomb, précisant avoir convoqué l'assemblée générale de l'Etat pour le 6 juillet. "Nous avons l'opportunité de faire des progrès en protégeant le caractère sacré de la vie, et c'est exactement ce que nous allons faire", a également déclaré Eric Holcomb.

Engagement à défendre le droit à l'avortement dans les États progressistes

À côté de cela, les trois Etats progressistes de la côte Ouest des Etats-Unis ont annoncé vendredi qu'ils s'engageaient ensemble à défendre le droit à l'avortement, enterré un peu plus tôt par un arrêt de la Cour suprême.

"Les gouverneurs de Californie, de l'Oregon et de Washington ont publié aujourd'hui un engagement pour défendre l'accès aux soins de santé reproductive, y compris l'avortement et les contraceptifs, et se sont engagés à protéger patientes et médecins contre les tentatives d'autres Etats d'exporter leur interdiction de l'avortement vers nos Etats", selon un communiqué.