Après le droit à l'avortement, le Texas pourrait-il interdire les relations sexuelles entre hommes ?

La Cour suprême américaine a-t-elle ouvert la boîte de Pandore ? On serait tenté de répondre par l'affirmative après les récentes déclarations de Ken Paxton, procureur général de l'Etat du Texas.

Après le droit à l'avortement, le Texas pourrait-il interdire les relations sexuelles entre hommes ?
©AP

La Cour suprême, résolument conservatrice après les nominations faites par le précédent président américain Donald Trump, a annulé vendredi 24 juin l’arrêt Roe vs Wade qui reconnaissait depuis 1973 le droit à l’avortement au niveau fédéral. Désormais, chaque Etat est donc libre d'interdire ou de maintenir ce droit sur son territoire.

Ce retour en arrière semble donner des idées aux Etats les plus conservateurs qui y voient là une possibilité de remettre en cause la légitimité d'autres lois. C'est notamment le cas au Texas, État dans lequel le procureur général, Ken Paxton, a déclaré qu'il serait "disposé et capable" de rétablir la "Sodomy Law", un loi qui vise à interdire les relations sexuelles dites "contre-natures" - soit entre personnes du même sexe - si la Cour suprême venait à revenir sur ladépénalisation de celle-ci en 2003.

Paxton a ainsi affirmé, sur la chaîne NewsNation, qu'il serait "disposé et capable" de défendre les lois de l'Etat : "C'est mon travail et je continuerai à le faire", a-t-il clamé.