"Cela m'a vraiment ouvert les yeux": Le nombre d'hommes choisissant de faire une vasectomie aux USA bondit avec la révocation du droit à l'avortement

Face à l'annulation de l'arrêt Roe V. Wade aux Etats-Unis et la crainte de voir disparaître le droit à l'avortement, de nombreux hommes ont décidé ces derniers jours de faire une vasectomie.

Juliette Raynal

"C'était très, très visible vendredi, puis le nombre qui est arrivé pendant le week-end était énorme et le nombre qui continue à arriver dépasse de loin ce que nous avons connu dans le passé", déclare ce lundi Doug Stein, urologue de Floride, au Washington Post quant aux demandes de vasectomie.

Une hausse de demandes explosive

En effet, depuis la décision de la Cour suprême de révoquer le droit à l’avortement aux Etats-Unis, le pays connaît un pic de demandes de vasectomie sans précédent : Doug Stein explique que, depuis la décision de la Cour, il est rapidement passé de 4 ou 5 demandes par jour à 12 ou 18.

Christian Hettinger, urologue dans le Missouri, indique la même tendance au Washington Post: "Depuis vendredi, le nombre de personnes souhaitant subir une vasectomie a augmenté de 900%". Philippe Werthman confirme cette observation avec, pour son cabinet à Los Angeles, une hausse de "300 à 400 % du nombre de consultations pour vasectomie" effectuées depuis l'annulation de l'arrêt Roe.

Le média Newsweek a par ailleurs montré que les Etats les plus restrictifs et conservateurs quant à l’avortement sont eux aussi touchés par cette tendance, dont notamment le Texas et la Floride.

La décision de la Cour suprême, une motivation pour certains, une crainte pour d’autres

John Curington, associé de Doug Stein, déclare au Washington Post que, concernant ses clients, "au moins 60 ou 70 % d'entre eux mentionnent la décision de la Cour suprême".

Un jeune homme originaire de Floride, Eric Nisi, a aussi confié au journal américain sa volonté de faire une vasectomie afin d'éviter que sa petite amie, Omelian, ne "stresse à l'idée de tomber enceinte". Le couple a en effet peur que l'État de la Floride ne limite à terme le droit au contrôle de naissance mais aussi aux moyens de contraception.

Cette tendance se reflète également sur Twitter.

Un autre homme, Thomas Figueroa, 27 ans, a programmé sa vasectomie suite à la décision de la Cour : "C'est probablement l'une des très, très rares choses en politique qui me touche personnellement et très durement : cela m'a vraiment ouvert les yeux", confie-t-il au Washington Post.

M. Werthman observe un changement dans le comportement des hommes et déclare avoir le sentiment qu'ils étaient "plus concernés par leur rôle dans la planification familiale qu'auparavant".

La "grève du sexe" en symbole de protestation

De nombreuses femmes s’insurgent sur Twitter contre cette décision allant à l’encontre de leurs droits. Un nouveau mouvement a même émergé ces derniers jours : celui de la grève du sexe.

"Tant que nous, les femmes, nous n'aurons pas le droit de disposer de nos corps, nous ne pouvons pas prendre le risque de tomber enceinte", déclare Alyssa Milano, actrice américaine, dans un Tweet.

D'autres publications sur les réseaux sociaux sont encore plus radicales: "Que les hommes fassent une vasectomie, c'est le strict minimum pour moi", peut-on lire encore, "les mecs, si vous n'aimez que les femmes avortent, faites une vasectomie".

La question qui commence à se poser chez les Américaines est donc la suivante : qu’en est-il de la part de responsabilité des hommes dans la contraception ? Et c’est pour y répondre que de nombreux hommes ont déjà décidé de passer à l’acte et de faire une vasectomie.