Le gouverneur du Texas autorise sa police à raccompagner les migrants à la frontière

Le gouverneur républicain du Texas Greg Abbott a émis jeudi un décret autorisant les forces de l'ordre de l'Etat à raccompagner à la frontière les migrants qui l'auraient traversée illégalement, un pouvoir réservé normalement à l'Etat fédéral américain.

AFP
Le gouverneur du Texas autorise sa police à raccompagner les migrants à la frontière
©AFP

"Alors que le président Biden refuse de faire son travail et d'appliquer les lois sur l'immigration votées par le Congrès, l'Etat du Texas monte une nouvelle fois au créneau et prend des mesures sans précédent pour protéger les Américains et sécuriser notre frontière sud", a déclaré l'élu dans un communiqué.

Greg Abbott autorise ainsi son département de la Sécurité publique et la Garde nationale du Texas à "appréhender les immigrants illégaux qui ont illégalement traversé la frontière" et à les "renvoyer à la frontière".

Aux Etats-Unis, l'Etat fédéral est censé être le seul à avoir compétence en matière d'immigration. L'étendue réelle de l'application du décret texan demeure floue.

"Le contrôle de l'immigration relève des autorités fédérales" et les Etats ne doivent pas s'en mêler", a réagi vendredi la porte-parole de la Maison Blanche lors de son point presse quotidien. Greg Abbott "a l'habitude de créer le chaos et la confusion à la frontière", a ajouté Karine Jean-Pierre.

Dans la foulée de l'annonce du gouverneur texan, le gouvernement mexicain a affirmé qu'il "rejetait" ce décret et souligné que l'application des lois relatives à l'immigration était du ressort exclusif du gouvernement fédéral.

"Par conséquent, cette décision ne peut se comprendre que comme entrant dans le cadre des campagnes électorales dans l'Etat du Texas", fait valoir le gouvernement mexicain dans un communiqué.

L'annonce du gouverneur Abbott intervient une semaine après que la Cour suprême a donné raison à Joe Biden, qui avait annulé un décret migratoire contesté de l'ex-président Donald Trump consistant à renvoyer au Mexique les demandeurs d'asile arrêtés à la frontière pendant l'examen de leur dossier.

La mesure, baptisée "Rester au Mexique" (Remain in Mexico), avait été mise en oeuvre en 2019, au moment où les Etats-Unis enregistraient un afflux de réfugiés à la frontière avec le Mexique.

Des milliers de migrants d'Amérique centrale, des Caraïbes, du Venezuela, et du Mexique tentent chaque année de traverser la frontière américano-mexicaine, longue de plus de 3.000 km au total.

Joe Biden recevra le 12 juillet son homologue mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, près de deux semaines après la tragédie de San Antonio qui a vu le décès de 53 migrants dans un camion surchauffé et surchargé.

Le président Obrador a déjà déclaré que la migration serait une question "centrale" lors de ses entretiens avec Joe Biden. A