Peine de mort ou prison à vie? Le tueur d'un lycée de Floride face à ses juges

L'attaque au fusil d'assaut dans un lycée de Floride qui a fait 17 morts en 2018 était un acte "froid, calculé, prémédité", a soutenu lundi l'accusation, à l'ouverture du procès destiné à fixer la peine de son auteur.

Peine de mort ou prison à vie? Le tueur d'un lycée de Floride face à ses juges
©AP

Nikolas Cruz, 23 ans, a plaidé coupable de meurtres et le jury doit seulement décider de le condamner à la peine capitale ou à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle.

Vêtu d'un gros pull-over, de larges lunettes et le visage couvert par un masque anti-Covid, il s'est présenté lundi dans un tribunal de Fort Lauderdale, où plusieurs proches de ses victimes avaient pris place.

Certains ont laissé couler des larmes ou pris leur tête entre leurs mains quand le procureur a déroulé avec minutie sa virée meurtrière, le 14 février 2018, dans le lycée Marjory Stoneman Douglas, dont il avait été exclu un an plus tôt.

"Je vais vous dire l'indicible", avait prévenu Mike Satz dès son introduction, avant de raconter comment le tireur, armé d'un fusil semi-automatique, a procédé méthodiquement dans l'établissement, tirant au total 139 coups de feu, tuant 14 élèves et trois adultes.

Il s'était ensuite glissé parmi les lycéens en fuite, avait pris une boisson dans un fast-food et avait même demandé à une jeune fille de le ramener chez lui.

Ayant essuyé un refus, il s'était mis en route à pied, mais avait été reconnu par un policier et arrêté.

"Les meurtres étaient particulièrement atroces" mais aussi "froids, calculés, prémédités", a insisté le procureur, sans évoquer, à ce stade, la peine de mort.

"Néant"

Ce procès, qui devrait durer plusieurs mois, a un caractère singulier tant il est rare, aux Etats-Unis, que les auteurs de tels carnages survivent à leur attaque.

Il intervient dans un pays sous le choc d'une série de fusillades sanglantes dans une école primaire (21 morts dont 19 enfants), un supermarché (10 morts, tous Afro-Américains) et un défilé de la fête nationale (7 morts).

Les audiences s'annoncent éprouvantes avec les témoignages de proches des victimes et de rescapés, ainsi que la diffusion de vidéos du drame.

Les avocats de Nikolas Cruz devraient plaider que leur client, à l'enfance difficile, est atteint de troubles mentaux. Ils devraient également rappeler qu'il a présenté ses excuses. "Je suis vraiment désolé de ce que j'ai fait, j'en porte le poids chaque jour", avait-il déclaré lors de son plaider-coupable en octobre.

L'accusation insistera pour sa part sur la nature préméditée du crime, en s'appuyant sur une vidéo enregistrée avant le passage à l'acte. "Que commence aujourd'hui mon massacre. Que tous les enfants effrayés courent se cacher", disait-il.

"Ma vie est néant et n'a aucun sens", ajoutait-il, annonçant vouloir se rendre dans son ancienne école en véhicule Uber armé d'un fusil AR-15.

Malgré ses antécédents psychiatriques et des signalements sur sa dangerosité, Nikolas Cruz avait en effet pu acheter légalement ce fusil, une version civile des fusils d'assaut.

24.000 morts

L'attaque de Parkland était le pire massacre commis en milieu scolaire aux Etats-Unis depuis la tuerie de l'école Sandy Hook, à Newtown dans le Connecticut, en 2012 lors de laquelle 26 personnes avaient péri.

Elle avait suscité une mobilisation record menée par plusieurs jeunes rescapés et les parents de victimes. Le 24 mars 2018, la "Marche pour nos vies" avait rassemblé 1,5 million de personnes à travers le pays, la plus grande manifestation nationale pour un meilleur encadrement des armes à feu de l'histoire des Etats-Unis.

Malgré les espoirs des manifestants, aucune réforme législative n'avait été adoptée au Congrès, et les ventes d'armes à feu ont continué à augmenter ces dernières années aux Etats-Unis, notamment durant la pandémie de Covid-19.

Elles ont fait plus de 24.000 morts, dont 13.000 suicides, depuis le début de l'année, selon le site Gun Violence Archives.

Les drames récents ont été suivis de l'adoption d'une loi fédérale à la portée modeste, qui prévoit surtout de renforcer les fonds alloués à la sécurité des écoles et à la santé mentale.