La question pour Pékin n'est plus "si" mais "quand" envahir Taïwan, selon la CIA

La Chine tire des leçons de la guerre menée par la Russie en Ukraine qui la rendent prête à utiliser la force contre Taïwan, a estimé le chef de la CIA mercredi.

AFP
La question pour Pékin n'est plus "si" mais "quand" envahir Taïwan, selon la CIA
©AFP

"Il nous semble que (la guerre en Ukraine vue par Pékin) n'affecte pas vraiment la question de savoir si les dirigeants chinois pourraient choisir d'utiliser la force contre Taïwan dans les prochaines années, mais quand et comment le feront-ils", a déclaré le patron de l'agence de renseignement américaine Bill Burns.

Invité du Forum sur la sécurité d'Aspen, aux Etats-Unis, il a cependant relativisé les risques d'un passage à l'acte du président Xi Jinping d'ici la fin de l'année sur Taïwan, alors que certains estiment possible un tel déclenchement après un rendez-vous important du parti communiste au pouvoir.

"De tels risques nous semblent grandissants au fil de la décennie", a-t-il dit.

Pékin est probablement "troublé" en regardant la guerre en Ukraine, a analysé le patron de l'agence, la qualifiant "d'échec stratégique" pour Vladimir Poutine qui pensait pouvoir renverser Kiev en une semaine.

M. Burns estime que Pékin y a vu la preuve "que vous ne parvenez pas à des victoires rapides, décisives" sans jeter un poids militaire suffisant dans la bataille.

"Je pense que la leçon que retiennent les dirigeants chinois et les militaires est qu'il est nécessaire de rassembler une force largement dominante" pour gagner, a-t-il encore déclaré, précisant également l'importance du "contrôle de l'espace informationnel" et de la préparation à de potentielles sanctions économiques.

Le patron de la CIA a aussi estimé, dans la lignée de déclarations précédentes de Washington, que la Chine, malgré son appui verbal, n'apporte pas de soutien militaire à la Russie dans sa guerre en Ukraine.

Les Etats-Unis s'inquiètent de la pression militaire accrue de Pékin ces dernières années contre Taïwan, île démocratique que la Chine considère comme une partie de son territoire et s'est juré de reprendre un jour.