Révocation du droit à l'IVG : les États-Unis poursuivront leurs programmes d'aide à l'étranger

Une responsable du Département américain de la Santé et des services sociaux a cherché à convaincre les autres pays que la décision de la Cour suprême des États-Unis mettant fin au droit à l'avortement n'affecterait pas le financement par Washington des programmes à l'étranger consacrés à la santé sexuelle et reproductive.

Révocation du droit à l'IVG : les États-Unis poursuivront leurs programmes d'aide à l'étranger
©AFP

Loyce Pace, la secrétaire adjointe aux affaires mondiales du Département de la Santé et des services sociaux a déclaré au cours d'une visite à Genève cette semaine que les contributions américaines aux programmes de planning familial à l'étranger seraient poursuivies.

"Nous sommes conscients des questions qui vont probablement surgir à propos de la position des États-Unis en dehors de nos frontières", a-t-elle déclaré à la presse à la mission américaine.

"Nous sommes toujours très concentrés sur le travail à l'étranger, notamment concernant la santé sexuelle reproductive et les droits", a ajouté la responsable, rappelant que les États-Unis étaient "le plus grand donateur pour les programmes et les services de planning familial". "Cela ne change pas", a-t-elle assuré.

Les autres pays se sont déclarés extrêmement "surpris et choqués" lorsqu'un droit constitutionnel a été abrogé après près d'un demi-siècle, a-t-elle reconnu.

Néanmoins, les États-Unis "continuent à se concentrer sur la santé des mères, des nouveaux-nés, des enfants et des adolescents ; en particulier sur les services de planning familial bénévoles ; aux problèmes de violence sexuelle ; et d'autres besoins réellement importants pour les gens, dont les soins post-avortement", a affirmé Mme Pace.

Une législation américaine de longue date interdit l'utilisation de l'aide américaine à l'étranger pour pratiquer des avortements.

Cependant, les services percevant cette aide peuvent conseiller les personnes sur les possibilités de recourir à une IVG et orienter les patientes vers des soins post-avortement.

Selon Mme Pace, les États-Unis étudient comment d'autres pays ont relevé des défis similaires concernant l'accès aux soins essentiels.