L'Indonésie et les Etats-Unis débutent un exercice militaire conjoint visant à "renforcer la confiance et la cohésion"

L'exercice se déroule sur l'île indonésienne de Sumatra et sur les îles Riau, une province indonésienne composée d'îlots dispersés près de Singapour et de la Malaisie.

L'Indonésie et les Etats-Unis débutent un exercice militaire conjoint visant à "renforcer la confiance et la cohésion"
© ZUMA PRESS

Des milliers de soldats indonésiens et américains ont entamé lundi un exercice militaire conjoint de deux semaines qui vise, selon Washington, à promouvoir la "coopération régionale" sur fond de tensions avec la Chine. Au moins 4.000 soldats américains et indonésiens sont sur place et seront rejoints par des forces australiennes, singapouriennes et japonaises. Le Japon participe pour la première fois à ces manoeuvres annuelles, baptisées "Super Garuda Shield".

Il a lieu au moment où la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi entame sa tournée asiatique avec une possible étape à Taïwan, au risque d'envenimer encore plus les relations déjà tendues entre Pékin et Washington.

Les États-Unis et leurs alliés asiatiques se sont montrés de plus en plus préoccupés par la présence croissante de la Chine dans le Pacifique. Washington a cependant assuré que les manoeuvres ne visaient aucun pays, même si elles sont cette année nettement plus importantes que les précédentes éditions.

"Il s'agit vraiment d'un exercice visant à renforcer la confiance, la cohésion, la compréhension mutuelle, à accroître les capacités et d'autres questions connexes", a déclaré vendredi à la presse à Jakarta le général Stephen Smith, commandant des troupes américaines participantes.

"Il s'agit donc vraiment d'un exercice militaire et non d'une menace pour une partie quelconque".

Les manoeuvres doivent durer jusqu'au 14 août et comprendront des exercices pour l'armée de terre, la marine et l'armée de l'air.

Une cérémonie d'ouverture avec toutes les nations participantes aura lieu mercredi, a déclaré un responsable indonésien.

Le Canada, la France, l'Inde, la Malaisie, la Corée du Sud, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Timor oriental et la Grande-Bretagne participeront en tant qu'observateurs.