Liz Cheney éjectée de son siège au Congrès : l'emprise de Donald Trump sur le parti républicain se renforce

Donald Trump scrutait probablement de près les élections dans le Wyoming. Liz Cheney, anti-Trump, a perdu sa bataille.

AFP

L'élue américaine Liz Cheney, porte-voix des républicains anti-Trump, a essuyé mardi une cuisante défaite lors de sa primaire dans le Wyoming, cimentant l'influence de l'ancien président sur son parti. La parlementaire de 56 ans est l'une des principales bêtes noires du milliardaire républicain depuis qu'elle a osé rejoindre la commission parlementaire enquêtant sur son rôle dans l'assaut du Capitole le 6 janvier 2021.

La fille de l'ancien vice-président Dick Cheney copréside même ce groupe d'élus, pour qui Donald Trump a "failli à son devoir" lors de l'attaque menée par ses partisans pour tenter d'empêcher la certification de la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle de 2020.

Donald Trump dénonce sans cesse les travaux de cette commission. Pour cette raison, le 45e président des Etats-Unis s'était engagé à faire battre Mme Cheney, élue de la Chambre américaine des représentants depuis 2017. Il avait mis tout son poids derrière sa rivale Harriet Hageman, une avocate de 59 ans auprès de qui il est allé faire campagne fin mai, victorieuse de cette primaire républicaine mardi.

L'investiture républicaine dans l'élection pour la Chambre des représentants ira donc à la protégée de Donald Trump, renforçant encore un peu plus l'emprise de l'ancien locataire de la Maison Blanche sur le parti républicain, et ce en dépit des nombreuses enquêtes dont il fait l'objet.

Dans le Wyoming, un Etat qui a voté à plus de 70% pour Donald Trump lors de la dernière présidentielle, la candidate Harriet Hageman appuie notamment la théorie véhiculée par le clan Trump selon laquelle l'élection de 2020 a été "volée" à l'ancien président.