Les Etats-Unis veulent mettre davantage de pression sur la junte birmane

Les Etats-Unis veulent mettre davantage de pression sur la junte birmane par l'intermédiaire de l'ONU, éventuellement par une résolution du Conseil de sécurité, a indiqué un haut responsable américain jeudi.

AFP
Les Etats-Unis veulent mettre davantage de pression sur la junte birmane
©AFP

"Il y a une reconnaissance générale que le régime doit ressentir plus de pression", a déclaré à l'AFP Derek Chollet, conseiller au département d'Etat américain.

Il a notamment pointé du doigt le bombardement d'une école qui a tué au moins 11 enfants il y a quelques jours, ainsi que l'exécution en juillet de quatre prisonniers politiques par la junte qui a pris le pouvoir en février 2021.

Ce conseiller a, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, discuté cette semaine avec d'autres gouvernements et avec des représentants du "gouvernement d'unité nationale" composé de membres du parti de l'ancienne dirigeante détenue Aung San Suu Kyi. Il s'est également entretenu à distance avec des groupes armés de minorités ethniques.

Il a évoqué avec d'autres pays une possible résolution au Conseil de sécurité mais les efforts sont à "un stade précoce".

"Nous pensons qu'il est important d'essayer", a-t-il ajouté, notant toutefois qu'il fallait être "réalistes" face au droit de véto de la Russie et de la Chine, alliées des militaires birmans.

Le Conseil de sécurité avait tenu la semaine dernière une réunion à huis clos sur la Birmanie.

Derek Chollet a d'autre part insisté auprès d'autres gouvernements sur le fait que "nous ne devrions apporter aucune crédibilité" aux élections que la junte prévoit pour août 2023. "Je leur ai dit que nous ne voyons aucune chance que ces élections soient libres et justes".

Plus tôt dans la journée, Thomas Andrews, rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits humains en Birmanie, avait estimé que la Birmanie préparait des élections "truquées", dénonçant "une fraude".

Après une décennie de démocratie, la Birmanie a sombré dans un conflit sanglant après que l'armée a renversé le gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi lors d'un coup d'Etat en février 2021.