L'ouragan Ian se renforce et passe en catégorie 4 "extrêmement dangereuse"

Après être passé à Cuba, l'ouragan se dirige vers la Floride.

AFP
L'ouragan Ian se renforce et passe en catégorie 4 "extrêmement dangereuse"
©AP

L'ouragan Ian, devenu un ouragan "extrêmement dangereux" de catégorie 4, s'apprêtait mercredi à frapper la Floride dans le sud des Etas-Unis, après avoir fait deux morts la veille à Cuba et plongé l'île dans le noir en raison d'une coupure générale d'électricité.

Vers 02H00 locales (05H00 GMT), des ordres d'évacuation avaient été donnés dans une dizaine de comtés côtiers en Floride, avec des recommandations d'évacuer volontairement dans plusieurs autres comtés, selon les services de secours.

A 05H00 locales (09H00 GMT), le Centre national des ouragans américain (National Hurricane Center, NHC) a annoncé qu'Ian s'était renforcé en "ouragan extrêmement dangereux de catégorie 4" sur l'échelle de Saffir-Simpson qui va jusqu'à 5.

L'ouragan, charriant dorénavant des vents de quelque 220 km/h, menace de provoquer "une onde de tempête potentiellement meurtrière" ainsi que des vents et des inondations "catastrophiques", selon le NHC.

Dans son précédent bulletin, le NHC avait estimé que "l'oeil d'Ian devrait avancer vers le centre de la Floride dans la nuit de mercredi et la matinée de jeudi et apparaître au dessus de l'Atlantique occidental d'ici tard jeudi".

Mardi soir, le gouverneur de Floride Ron DeSantis avait estimé que l'ouragan devrait toucher terre mercredi après-midi.

"Dévastateur"

Selon le président américain Joe Biden, Ian "pourrait être un ouragan très violent, dont l'impact serait dévastateur et mettrait des vies en danger".

M. Biden a déjà approuvé une aide d'urgence fédérale pour 24 des 67 comtés de Floride.

La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a précisé que M. Biden s'était entretenu des préparatifs mardi soir avec M. DeSantis, potentiel rival aux élections de 2024.

Des vents violents balayaient déjà l'archipel des Keys et une partie de la côte sud-ouest de la Floride, selon le NHC.

"Plus il approche, plus l'anxiété grimpe évidemment avec l'inconnu", a observé Chelsea Thompson, 30 ans, qui aidait ses parents à protéger leur maison mardi dans une zone d'évacuation au sud-ouest de Tampa.

L'aéroport de Tampa a interrompu son activité mardi en fin d'après-midi.

Selon le Pentagone, 3.000 hommes de la Garde nationale sont mobilisés en Floride, avec 1.800 autres en chemin.

La Nasa, l'agence spatiale américaine, a renoncé au décollage prévu mardi de sa nouvelle mégafusée pour la Lune, depuis le centre spatial Kennedy en Floride.

L'ouragan Ian, alors en catégorie 3, avait auparavant frappé Cuba mardi, dévastant l'Ouest du pays cinq heures durant avant de se diriger vers le Golfe du Mexique, selon l'institut météorologique cubain Insmet.

Deux personnes ont été tuées dans la province occidentale de Pinar del Rio selon un média d'Etat cubain et l'île a été plongée entièrement dans le noir.

Le pays de 11,2 millions d'habitants se trouve "sans service électrique", a tweeté la compagnie d'électricité étatique Union Eléctrica.

Alors que les effets de l'ouragan se faisaient encore sentir sur la côte, dans la nuit, les habitants marchaient dans les rues en se guidant avec leur téléphone portable, et certaines maisons étaient éclairées par des bougies ou des lampes de poche.

L'oeil de l'ouragan a quitté le territoire cubain à 09H50 (13H50 GMT) aux environs de Puerto Esperanza, selon l'Insmet.

"Dégâts considérables"

Des vents violents et des pluies intenses persistaient dans l'Ouest de l'île où l'ouragan a semé la désolation dans plusieurs localités, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Sur la route de San Juan y Martinez, à 190 km de La Havane, la province de Pinar del Rio, où se trouvent la plupart des plantations de tabac du pays, a été durement touchée.

Les cultures ont été inondées, des arbres déracinés et des fils électriques jonchaient le sol.

"Je ne sais pas ce que nous allons faire cette saison", se lamente Yuslan Rodriguez, un cultivateur de tabac de 37 ans, dont la plantation, tout comme d'autres, a été détruite.

Des rafales de vent ont atteint 208 km/h à San Juan y Martinez.

Le président Miguel Diaz-Canel a visité mardi la zone la plus touchée à Pinar del Rio. "Les dégâts sont importants", a-t-il déclaré sur Twitter, assurant que de l'aide avait été envoyée.

Quelque 40.000 personnes ont été évacuées dans la province de Pinar del Rio et "les dégâts sont considérables", a indiqué la responsable du Parti communiste local, Yamilé Ramos.

Ian succède à l'ouragan Fiona, qui a ravagé samedi la côte atlantique du Canada, faisant trois morts, après les Caraïbes la semaine dernière où sept personnes avaient péri.