Présidentielle au Brésil: un ex-élu du parti de Lula tué à deux jours du second tour

Les raisons de sa mort restent encore à déterminer.

Brazilian former president (2003-2010) and presidential candidate for the Workers' Party (PT) Luiz Inacio Lula da Silva (PT) gestures before the start of the television debate at the Globo TV studio in Rio de Janeiro, Brazil, on October 28, 2022. - After a bitterly divisive campaign and inconclusive first-round vote, Brazil will elect its next president on October 30, in a cliffhanger runoff between far-right incumbent Jair Bolsonaro and veteran leftist Luiz Inacio Lula da Silva. (Photo by MAURO PIMENTEL / AFP)

Un ancien conseiller municipal du Parti des travailleurs (PT) a été abattu vendredi à Sao Paulo, au Brésil, deux jours avant le second tour de l'élection présidentielle, pour des raisons qui restent à déterminer, ont annoncé des membres du parti.

"J'apprends avec beaucoup de tristesse et d'inquiétude la nouvelle du meurtre du camarade Zezinho", a déclaré sur Twitter Jilmar Tatto, député élu du PT à Sao Paulo, ajoutant que le parti, auquel appartient le candidat Luiz Inácio Lula da Silva, suivra de près "ce crime et ses motivations".

Le meurtre s'est produit à Jandira, une municipalité de la région métropolitaine de Sao Paulo.

Selon les médias locaux, Zezinho, né Reginaldo Camilo dos Santos, était candidat au poste de député fédéral lors des élections législatives qui se sont tenues le 2 octobre, parallèlement à la présidentielle qui voit s'affronter Luiz Inacio Lula da Silva et Jair Bolsonaro au second tour.

Le site d'information G1 a indiqué que le "soupçon initial" de la police porte sur une "vengeance politique", suite aux allégations que M. Zezinho avait soulevées sur un système de corruption présumé dans le bureau du maire de Jandira.

Le secrétariat à la sécurité de Sao Paulo a confirmé à l'AFP qu'"un homme a été tué par balle vendredi après-midi" et que des agents enquêtent sur l'incident, sans donner davantage de détails.

Les Brésiliens se rendent aux urnes dimanche pour le second tour de l'élection présidentielle, extrêmement polarisée, qui oppose l'ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva, favori des sondages, à l'actuel chef de l'Etat d'extrême droite Jair Bolsonaro.

Tout au long de la campagne, le Brésil a enregistré près de deux épisodes de violence politique par jour au cours des deux mois précédant le premier tour, selon un rapport des ONG Justiça Global et Terra de direitos.