Nouveau répit pour Trump : la Cour suprême suspend le transfert de ses déclarations fiscales au Congrès

L'ex-président américain se bat depuis des années pour garder ses déclarations d'impôts confidentielles.

FILE - Former President Donald Trump pauses while speaking at a rally at the Minden Tahoe Airport in Minden, Nev., on Oct. 8, 2022. Trump is lashing out at the judge handling the New York attorney general's fraud lawsuit against him and his company, calling him “vicious, biased, and mean” in a social media post just days before the case’s first court hearing. (AP Photo/José Luis Villegas, Pool, File)

Donald Trump, qui se bat depuis des années pour garder ses déclarations d'impôts confidentielles, a obtenu mardi un énième répit auprès de la Cour suprême des Etats-Unis.

Une commission de la Chambre des représentants, aux mains des démocrates, réclame depuis 2019 les documents transmis au fisc par l'ancien président républicain entre 2015 et 2020. Mais, contrairement à tous les locataires de la Maison Blanche depuis les années 1970, Donald Trump a toujours refusé de publier ses déclarations fiscales et s'est battu férocement dans les tribunaux pour bloquer la requête du Congrès.

Après de nombreux épisodes, une cour fédérale d'appel a finalement autorisé la semaine dernière les services du fisc à transmettre ces documents à la commission, ce qui aurait pu avoir lieu juste avant les élections de mi-mandat du 8 novembre.

Le magnat de l'immobilier a alors adressé un ultime recours en urgence à la Cour suprême des Etats-Unis.

Conformément à ses usages, celle-ci a suspendu mardi le transfert en attendant d'avoir les éléments pour se prononcer sur le fond. Elle a demandé à la commission de lui fournir ses arguments d'ici au 10 novembre et devrait rendre sa décision dans la foulée.

Bien qu'elle ait été profondément remaniée par Donald Trump, la haute Cour lui a infligé plusieurs revers en la matière, et a notamment autorisé en 2020 le transfert de documents financiers à la justice new-yorkaise qui enquête sur ses affaires.

Le manque de transparence du magnat de l'immobilier, qui a fait de sa fortune un argument de campagne, alimente depuis des années les spéculations sur l'étendue de sa fortune ou sur de potentiels conflits d'intérêts.