Pérou : libération des touristes belges otages d’autochtones

De nombreux Belges qui avaient été pris en otage plus tôt dans la journée ont été libérés.

Foreign and Peruvian tourist wait in the boat where they have been detained at the Cuninico community in Loreto, north of Peru, on November 4, 2022. - Indigenous people in Peru's Amazon detained a group of foreign and Peruvian tourists traveling on a river boat to protest the lack of government aid following an oil spill in the area, local media reported Thursday. (Photo by Angela RAMIREZ / AFP)

Des habitants autochtones de la région amazonienne du Pérou ont libéré vendredi à la suite de négociations un groupe de plus cent touristes qu’ils avaient pris en otage la veille pour protester contre le manque d’aide gouvernementale après une fuite de pétrole, ont annoncé des responsables officiels.

Voyageant à bord d’un bateau fluvial, ces personnes avaient été kidnappées jeudi par des membres de la communauté Cuninico faisant pression en faveur d’une intervention des autorités péruviennes à la suite du déversement le 16 septembre de 2.500 tonnes de brut dans une rivière.

Des femmes et des enfants figuraient parmi les touristes retenus, dont 27 étaient originaires des États-Unis, d’Espagne, de France, du Royaume-Uni et de Suisse. Les 80 autres étaient des Péruviens.

Le bureau du médiateur pour les droits de l’Homme a expliqué que des négociations avaient conduit les ravisseurs à "accepter notre demande de libération".

"Ils nous libèrent tous", a déclaré un peu plus tard à l’AFP Angela Ramirez, une cycliste péruvienne qui faisait partie du groupe.

*Elle a ajouté qu’il y avait eu "beaucoup d’anxiété, beaucoup de fatigue" chez les touristes qui ignoraient quel serait leur sort pendant les 28 heures qu’aura duré leur épreuve et commençaient progressivement à manquer d’eau et de nourriture.

"Ils retournent déjà dans leurs lieux d’origine", a annoncé le ministre du Tourisme, Roberto Sanchez, aux journalistes à Lima.

Un responsable autochtone avait souligné que cette prise d’otages avait été décidée pour que le gouvernement envoie une délégation constater les dommages environnementaux provoqués par la fuite de pétrole.

Il avait ajouté que les passagers ainsi retenus passeraient la nuit sur le bateau en attendant qu’une solution soit trouvée.

L’incident était survenu sur un affluent de la Marañón, une rivière faisant face au territoire de la communauté Cuninico.

Des groupes autochtones bloquent en outre depuis jeudi le passage de tout type de bateau sur ce cours d’eau pour protester contre le déversement de brut qui avait été provoqué par une rupture de l’oléoduc Norperuano (ONP) dans la région sauvage de Loreto.

Le 27 septembre, le gouvernement a décrété l’état d’urgence pour une durée de 90 jours dans la zone touchée sur le territoire des communautés Cuninico et Urarinas où vivent quelque 2.500 autochtones.

L’oléoduc Norperuano de la compagnie étatique Petroperú, l’un des plus grands ouvrages du Pérou, a été construit il y a quatre décennies pour transporter du pétrole de la région amazonienne à Piura, sur la côte, s’étendant sur quelque 800 km.

La compagnie avait attribué cette fuite à une attaque, avec "une déchirure intentionnelle de 21 centimètres dans l’oléoduc".

Petroperú a fait état de 10 attaques depuis janvier contre son oléoduc à Loreto, qui ont causé des marées noires.