"Nous pouvons le refaire": l'allocution au ton grave et empreinte de tristesse de Joe Biden

"Nous pouvons le refaire": Joe Biden a promis une nouvelle fois mercredi d'interdire les fusils d'assaut, dans un discours au ton grave, à l'occasion d'une cérémonie commémorant notamment la tuerie, il y a dix ans, dans l'école de Sandy Hook.

US President Joe Biden pauses while speaking during the 10th Annual National Vigil for All Victims of Gun Violence at St. Mark�s Episcopal Church in Washington, DC, on December 7, 2022. (Photo by Brendan Smialowski / AFP)
Joe Biden

Rappelant que les États-Unis avaient interdit entre 1994 et 2004 les armes semi-automatiques, le président américain a dit: "Cela a fonctionné", "un nombre significatif de vies ont été sauvées."

"Nous pouvons le refaire", a dit le démocrate de 80 ans, dans une allocution empreinte de tristesse.

Il participait à la dixième "Veillée nationale annuelle pour toutes les victimes de la violence par armes à feu", dans l'église épiscopale St Mark à Washington.

Rappelant qu'il avait lui aussi connu des deuils - la mort de sa première épouse et de leur fille encore bébé en décembre 1972, puis le décès de son fils aîné Beau Biden en mai 2015 - Joe Biden a décrit, comme il l'a déjà fait, la sensation d'un "trou noir qui s'ouvre dans votre poitrine et qui vous aspire".

Après avoir dit son admiration pour les parents et amis de victimes, ainsi que les rescapés qui l'entouraient, il a invité l'assistance à observer un moment de silence.

L'actualité américaine est scandée par des attaques à l'arme à feu qui n'épargnent aucune activité de la vie quotidienne, allant des écoles aux lieux de culte en passant par les supermarchés, mais dont seules les plus meurtrières ou les plus haineuses font encore la une.

Selon le site Gun Violence Archive, plus de 600 fusillades de masse (au moins quatre personnes tuées ou blessées), ont eu lieu aux États-Unis depuis le début de l'année en cours.