Donald Trump réagit au conflit en Ukraine: "Si j'étais président, cette terrible guerre se terminerait en 24 heures, ou moins"

Donald Trump et son rival probable pour l'investiture républicaine Ron DeSantis ont tous les deux affirmé que défendre l'Ukraine ne faisait pas partie des "intérêts vitaux" des Etats-Unis, selon un questionnaire publié lundi soir.

Former President Donald Trump pauses as he speaks at a campaign event Monday, March 13, 2023, in Davenport, Iowa. (AP Photo/Ron Johnson)
L'ancien président américain, Donald Trump. ©Copyright 2023 The Associated Press. All rights reserved

"Nous ne pouvons pas faire passer notre engagement dans une guerre à l'étranger qui s'enlise avant la défense de notre propre patrie", a jugé Ron DeSantis, 44 ans et étoile montante de la droite dure américaine, à la chaîne Fox News.

C'est la première fois que le gouverneur de Floride, dont la candidature à la présidentielle de 2024 est très attendue dans les rangs républicains, prend aussi concrètement position sur le conflit.

"Donald Trump doit rendre des comptes pour ses cochonneries": l'un des pires ennemis de Trump témoigne devant un grand jury à New York

"Les Etats-Unis ont de nombreux intérêts vitaux, comme assurer la sécurité de nos frontières (...), mais s'engager davantage dans un conflit territorial entre l'Ukraine et la Russie ne fait pas partie d'entre eux", a-t-il jugé.

Le conservateur s'est aussi montré très critique de la position adoptée par l'administration Biden dans cette guerre, estimant qu'il n'était pas question de faire des "chèques en blanc" à Kiev.

"Le président a eu tort": l'ancien vice-président Mike Pence étrille Donald Trump dans un discours inattendu

L'ex-président Donald Trump, qui a également répondu au questionnaire de Fox News, a assuré pour sa part que ce conflit n'aurait jamais eu lieu s'il était au pouvoir.

"Si j'étais président, cette terrible guerre se terminerait en 24 heures, ou moins", a-t-il dit.

L'ancien locataire de la Maison Blanche a également appelé Bruxelles à "muscler son aide" financière à Kiev, estimant que contrairement aux Etats-Unis, s'opposer à la Russie faisait partie de ses intérêts stratégiques.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...