"Je ne pense pas que nous adressions de nouvelles invitations à la Russie, ou que nous réitérions de nouvelles invitations à la Russie", a dit la porte-parole de l'exécutif américain, Jen Psaki, à des journalistes voyageant avec le président dans Air Force One. "Bien sûr, une invitation serait faite en partenariat avec nos partenaires du G7", a-t-elle ajouté.

La Russie a été expulsée de ce qui était alors le G8 en 2014, après son annexion de la Crimée, qui n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.

M. Trump, qui a exprimé à plusieurs reprises la volonté d'améliorer les relations avec Vladimir Poutine, avait proposé d'inviter au prochain sommet du G7 le président russe.

Plus tôt vendredi, lors de son premier grand discours de politique étrangère pour la Conférence sur la sécurité de Munich, Joe Biden avait accusé Moscou d'"attaquer nos démocraties" et Vladimir Poutine de chercher "à affaiblir le projet européen et notre alliance de l'Otan".

Mais "il ne s'agit pas de monter l'Est contre l'Ouest (...). Nous ne pouvons pas et ne devons pas revenir (...) aux blocs figés de la Guerre froide", avait-il toutefois souligné.