Ce mardi, l'enterrement d'un rabbin a réuni des centaines de personnes malgré les mesures de confinement. La police a été obligée d'intervenir.

Les Etats-Unis comptabilisent le plus de victimes liées au coronavirus et l'état de New York est l'un des plus sévèrement touchés à travers le pays. Ainsi, comme dans beaucoup d'autres pays pour limiter la propagation du virus, des mesures de distanciation sociale sont de rigueur. Pourtant, ce mardi des centaines de juifs orthodoxes se sont réunis à l'occasion de l'enterrement d'un célèbre rabbin décédé du coronavirus, violant ouvertement les règles de distanciation sociale. Face à ce rassemblement, la police a dû intervenir afin de diviser la foule. Dans une vidéo partagée sur internet, on peut y voir des centaines de personnes, pas toutes munies d'un masque, suivre un cortège de voitures.

Un événement qui a particulièrement énervé le maire de la ville, Bill de Blasio, qui a dénoncé ce dernier sur Twitter. "Il s'est passé quelque chose d'absolument inacceptable à Williamsburg ce soir (...) un grand rassemblement en pleine pandémie (...) Mon message à la communauté juive, et à toutes les communautés, est aussi simple: le temps des avertissements est passé ", a-t-il écrit.

Cette menace de sanctions envers la communauté juive, forte de quelque 1,1 million de membres à New York, lui a valu d'être l'objet de virulentes critiques. La communauté juive l'a accusé de stigmatisation et certains hommes politiques sont également montés au créneau. C'est notamment le cas du sénateur républicain Ted Cruz. "Le maire De Blasio aurait-il envoyé un tweet identique, avec le mot 'juif' remplacé par une autre minorité religieuse ?" a-t-il lancé sur Twitter.

Face à ces accusations, le maire de New York s'est expliqué. Il a déclaré s'être exprimé "avec passion, émotion" tant il était choqué par ce rassemblement. Il s'est également dit "désolé" s'il a blessé certains et a souligné avoir beaucoup d'"amour" pour la communauté juive.