L'annonce de la mort, mercredi, de la star argentine du football Diego Maradona a provoqué un véritable choc dans le monde entier. Des milliers d'Argentins, pour qui El Pibe de Oro était un véritable dieu, se sont massés dans les rues pour rendre hommage à leur idole, et notamment avant ses funérailles jeudi. Ils se sont retrouvés devant la Casa Rosada, le siège du gouvernement qui fait face à la Plaza de Mayo, pour tenter d'apercevoir le cercueil de Maradona. Mais si la mort de la star du foot a un moment occulté la crise du coronavirus, les experts argentins s'inquiètent des conséquences de tels rassemblements de foule.

D'après le média argentin Clarin, plusieurs d'entre eux craignent l'apparition d'un nouveau cluster de contaminations et jugent la situation préoccupante. "Nous disons aux gens que pour le Nouvel An, ils ne doivent se réunir qu'avec un masque, dans le respect de la distanciation sociale et en plein air, et puis nous voyons ces scènes. C'est une incongruité totale", s'est exprimé Arnaldo Casiró, chef du service d'infectiologie d'un hôpital des alentours de Buenos Aires, "Je suis très attristé par la mort de Maradona, un joueur unique sur le terrain. Mais, sachant qu'il allait y avoir un mouvement populaire, peut-être que l'adieu aurait dû être organisé ailleurs et avec moins de risques". L'infectiologue se tracasse surtout de savoir comment les autorités vont pouvoir maintenant exiger de la population argentine qu'elle n'organise pas de grandes fêtes pour Noël et la fin d'année. Un autre médecin de la région juge même que les funérailles "avaient des dimensions monstrueuses", au vu du nombre de personnes qui ne portaient pas (ou pas bien) le masque, pourtant obligatoire, et qui étaient collées les unes aux autres.

En Argentine, la propagation du coronavirus semble ralentir depuis quelques semaines, notamment grâce à un confinement de plusieurs mois, dont la population est en train de sortir. Cependant, il se peut que les funérailles de Diego Maradona entraînent une hausse des nouvelles contaminations. "Il est impossible de prévoir si elle se produira ou non, ainsi que son ampleur", note le journal Clarin, mais "ce qu'il se passe est inquiétant", se désole Ricardo Teijeiro, spécialiste argentin des maladies infectieuses. Le pays a été durement touché par le virus, et totalise près de 38.000 décès dus au Covid-19.