Francisco Sagasti, un ingénieur de 76 ans, qui a travaillé pour la Banque mondiale, a été élu président du Parlement par les députés, et devient automatiquement chef de l'Etat, selon la Constitution. Le Pérou n'a plus de vice-président depuis une précédente crise politique il y a un an. Parallèlement, la députée de gauche Mirtha Vasqueza été élue présidente du Parlement.

M. Sagasti, élu avec 97 voix sur 130, était le seul candidat. Son mandat court jusqu'au 28 juillet 2021, date à laquelle devait s'achever celui du président Martin Vizcarra, destitué le 9 novembre.

La destitution de ce président populaire, mis en défaut par une procédure expéditive qui témoigne de la fragilité des institutions péruviennes, a plongé le pays de 33 millions d'habitants dans une énième crise politique. Son remplaçant, l'ancien chef du Parlement, Manuel Merino, a annoncé dimanche, cinq jours seulement après son accession au pouvoir, qu'il quittait ses fonctions, au lendemain d'une violente répression des manifestants exigeant son départ, qui a fait deux morts et une centaine de blessés.

L'élection de Francisco Sagasti est "le scénario idéal" pour surmonter la crise politique car il a été "l'un de ceux qui ont voté contre la destitution de Vizcarra", a estimé auprès de l'AFP l'ex-président de Transparency international, José Carlos Ugaz.

Les prochaines élections générales sont prévues le 11 avril 2021.